Aubange 6790

Faut-il imposer un âge maximum pour conduire?

A 101 ans, Gaston Bruynooghe vient de remettre son permis de conduire.

« J’ai remis mon permis de conduire il y a quelques semaines moi-même. Ça fait mal, mais je suis assez intelligent pour réaliser que la conduite est devenue difficile », témoigne cet ingénieur à la retraite dans les médias flamands.

Originaire d’Oostduinkerke, le vieil homme a comparu deux fois devant le tribunal de police de Veurne. La première fois, c’était il y a quatre ans, pour avoir renversé un cycliste. Il a finalement pu repartir avec son permis de conduire après avoir convaincu le juge qu’il lui aurait été impossible de l’éviter. La seconde, c’était il y a quelques jours pour avoir arraché un rétroviseur l’année dernière à Koksijde.

Aujourd’hui, je suis assez intelligent pour admettre que c’est devenu beaucoup plus difficile en voiture

Mais cette fois, il n’a pas tenté de se défendre. « Il y a quatre ans, je me croyais assez intelligent pour convaincre le juge que je pouvais toujours conduire. Aujourd’hui, je suis assez intelligent pour admettre que c’est devenu trop difficile en voiture. Attention : je pouvais quand même bien conduire, mais je voyais moins bien, surtout quand il y avait du soleil. J’ai donc pris cette décision. Mon rêve était de garder mon permis de conduire jusqu’à l’âge de 100 ans. Eh bien, c'est fait, j’ai eu mon permis de conduire pendant 81 ans. Qui peut dire ça ? »

Les seniors, un réel danger sur la route?

D’ici 2050, la part des seniors dans la population aura doublé. Et il est vrai qu’à partir d’un certain âge, on n’a plus les mêmes réflexes, ni la même vue qu’à 20 ans. Selon l’institut Vias, un tiers des accidents graves impliquant un automobiliste de plus de 65 ans est provoqué par un problème médical comme un infarctus, des problèmes d’orientation, de vue, de réactivité, etc.

Mais il précise aussi que le risque de blesser gravement quelqu’un d’autre est beaucoup plus faible pour les seniors que pour les jeunes. En bref, les seniors sont davantage en danger qu’ils ne sont dangereux.

En Belgique, il n’y a pas d’âge maximal pour détenir un permis de conduire. Gaston aurait donc encore pu conserver son permis au-delà de ses 101 ans s’il n’avait pas commis d’accidents.

Le permis électronique, n’est valable que pendant 10 ans et doit ensuite être prolongé auprès de la maison communale mais il ne faut pas repasser un examen médical. Seuls les conducteurs de poids lourds et de bus le doivent tous les 5 ans.

Passer des examens médicaux à dates fixes, la solution?

Dans certains pays, comme aux Pays-Bas, l’âge du conducteur entre en compte pour la détention d’un permis de conduire. Il faut passer un examen médical tous les 5 ans dès l’âge de 75 ans. En Espagne aussi, les conducteurs sont soumis à un examen médical tous les 10 ans.

Mais selon Vias, l’obligation de passer un examen médical à partir d’un certain âge n’améliore pas la sécurité routière. « Non seulement c’est une mesure stigmatisante, mais en plus, le vieillissement est un processus personnel. Certaines personnes déclinent déjà à partir de 50 ans alors que d’autres sont en pleine forme à 75 ans. Par contre, on pourrait imaginer que le renouvellement du permis de conduire, procédure purement administrative pour le moment, soit accompagné d’une évaluation à la conduite de la part du médecin de famille. Il y aurait alors un screening tout au long de la carrière de l’automobiliste et pas seulement à un certain âge. »

En 2018, plus de 7000 conducteurs ont malgré tout dû prouver leur aptitude à la conduite via le CARA (le centre d’aptitude à la conduite et l’adaptation des véhicules). Parmi eux, plus de 500 ont dû rendre leur permis, principalement des personnes de plus de 65 ans.

En général, ces personnes sont envoyées par leur médecin généraliste ou spécialiste, qui a constaté des troubles locomoteurs ou visuels empêchant l’usager de participer au trafic routier. Et même s’il n’y a pas de problème médical majeur, le médecin peut imposer ce test au patient.

Et les assurances dans tout ça?

Au niveau des assurances, certaines peuvent refuser d’assurer des personnes âgées si elles accumulent les accidents, ou peuvent résilier un contrat existant si la personne est reconnue physiquement incapable de conduire.

Mais de manière générale, les assurances en Belgique « ne veulent pas se baser uniquement sur l’âge » pour décider d’assurer ou non quelqu’un. Elles proposent des offres spéciales pour les conducteurs à partir de 50/60 ans : une assurance responsabilité civile auto à vie.

Pour en bénéficier, il faut rentrer dans certains critères, être déjà assuré depuis 5 ans chez cet assureur en question, ne pas avoir été impliqué dans un certain nombre d’accidents,…

Dans le cas de plusieurs refus, et en admettant que vous êtes toujours apte à conduire, vous pouvez vous adresser au Bureau de Tarification, qui vous aidera à avoir une assurance, qui est, on le rappelle, obligatoire.

Archives : Journal télévisé 03/04/2018

En 2018, plus de 7000 conducteurs ont été amenés à passer un contrôle pour prouver leur aptitude à conduire. Et parmi eux, plus de 500 ont dû rendre leur permis. En cause : principalement le vieillissement. Ce contrôle s'effectue sur base volontaire, soit à la demande d'un médecin ou de l'assureur.

V.G.

Retrouvez l'article original sur RTBF