Arlon 6700

Crise sanitaire - Les Poètes de garde étendent leurs services avec des pharmacies poétiques à Bruxelles

" Les poèmes guérissent. Ils peuvent réconforter, émouvoir, toucher et faire sourire ", c’est le credo des Poètes de garde qui reviennent dès le 14 août et jusqu'au 31 août pour proposer quelques poèmes de guérison par téléphone mais aussi dans des pharmacies de garde installées dans une vingtaine d’endroits de la capitale.

Après un lancement réussi en plein confinement, les Poètes de garde reviennent dès le 14 août et jusqu'au 31 août pour proposer quelques poèmes de guérison pour aider à traverser la crise du coronavirus. Cette fois-ci, les consultations ne se feront cependant pas seulement par téléphone, mais elles seront également possibles dans des pharmacies poétiques qui ont pignon sur rue à Bruxelles.

Les Poètes de garde est initiative de l'ASBL verb(l)ind, qui souhaite rassembler les gens en temps de crise sanitaire. Lors des consultations précédentes au mois d’avril, en plein confinement, la ligne téléphonique des poètes était chargée. Au total, sur 11 soirs, les poètes avaient été appelés plus de 6.000 fois.

Cet été, pendant le week-end des 14, 15 et 16 août, les Poètes de garde seront joignables entre 20 et 22 heures au numéro 0800/11.233. Après une discussion en néerlandais, en français ou en anglais, les appelants pourront se faire murmurer un poème en afrikaans, en italien, en kinyarwanda, en lingala ou en espagnol.

Après ce premier week-end purement téléphonique, des pharmacies de poésie seront installées dans 21 endroits à Bruxelles. Dans des bibliothèques, maisons de la culture, des centres communautaires ou même en plein air dans les parcs ou sur les places publiques ! Ainsi, du 17 au 31 août, les consultations pourront se tenir dans le fauteuil d'un Poète de garde. Le lieu et la date des consultations sont indiqués sur le site verblind.be.

Parmi les poètes participants figurent, entre autres, Els Moors, Gioia Kayaga, Herman Van Rompuy, Laurence Vielle, Xavier Queipo, Yousra Benfquih ou Lisette Ma Neza.