Arlon 6700

Attention aux tiques : que faire en cas de morsure ?

Les tiques sont de retour ! Comme chaque année dès le mois de mai jusqu'à octobre, nous sommes en pleine saison d’activité des tiques.

 

Alors, autant prendre un maximum de précautions pour s’en protéger !

Risque de bactéries et de virus

Si la morsure d’une tique est généralement inoffensive, dans certains cas elle peut être le vecteur de virus ou de bactéries.

La maladie de Lyme peut avoir des conséquences très dangereuses sur la santé si elle n'est pas soignée correctement !

La maladie la plus courante transmise par la tique est la maladie de Lyme qui peut s’avérer très grave si elle n’est pas détectée à temps.

Quelles précautions prendre ?

Le combat préventif contre les tiques peut commencer par l’utilisation de produits répulsifs, on en trouve une multitude sur le marché. Les plus répandus sont fabriqués à base de composés comme le Deet (mis au point par l’armée américaine pour les soldats durant la guerre du Vietnam), l’IR 3535, l’Icaridine ou le Citriodiol. Ces molécules se retrouvent d’ailleurs aussi dans les produits contre les moustiques.

On peut également opter pour des solutions en mélange d’huiles essentielles qui ont une action anti-insectes telles que celles de tea-tree, de lavande ou lavande aspic, de clou de girofle et de lemongrass.

Ces produits répulsifs s’appliquent évidemment sur la peau mais on peut aussi en asperger ses vêtements. Car les tiques peuvent s’y accrocher puis migrer sur la peau non protégée.

Mais au-delà de tous les produits répulsifs qu’on peut trouver sur le marché, les principales mesures de précaution pour éviter les morsures de tiques restent, lors d’une balade par exemple, de porter des vêtements couvrant les jambes et les bras ainsi que des chaussures fermées. Porter des vêtements clairs aidera également à mieux repérer les tiques avant qu’elles ne puissent migrer vers la peau. De manière générale, il vaut mieux éviter le contact avec des buissons ou des herbes hautes où on les retrouve le plus souvent.

Aucune mesure de prévention n’est efficace à 100%, l’inspection de tout le corps à la recherche de tiques reste nécessaire.

Après une sortie "nature", qu’il s’agisse d’activités extérieures au jardin, dans un parc ou en forêt, il vaut mieux inspecter tout le corps pour détecter l’éventuelle présence de tiques, car elles peuvent être minuscules, passer sous les vêtements et se déplacer sur la peau. Les tiques peuvent se nicher partout : sur la tête, derrière les oreilles, dans les plis de l’aine ou des aisselles, derrière les genoux, etc.

Et en cas de morsure ?

Si on constate une morsure, la tique s’accrochant à la peau, il est conseillé de la retirer dès que possible en utilisant une pince à tiques, une carte à tiques, ou à défaut une pince à épiler. Et la retirer en un seul mouvement sans comprimer le corps de l’insecte. Il faut surtout prendre garde à ne pas l’écraser ou la tourner. Il ne faut pas lui appliquer des produits tels que l’éther, de l’alcool, de l’huile, ou encore tenter de la brûler…

Si vous vous faites mordre par une tique, contactez votre médecin directement pour être sûr d'agir de la meilleure manière possible.

Enfin dans les semaines qui suivent une morsure, il faut surveiller la zone concernée, vérifier l’évolution éventuelle de la rougeur, et consulter son médecin. Si une tache rouge grandissante se forme autour de la morsure ou si vous avez des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires ou articulaires), il est capitale de réagir en présence de votre médecin.

A noter que Sciensano, l’Institut belge de Santé publique, suit l’exposition de la population belge aux morsures de tiques. Tout qui a été mordu peut se signaler de manière volontaire et anonyme via le site internet ou l’application mobile afin de suivre l’évolution et la fréquence des morsures de tiques dans notre pays.

On n'est pas des pigeons

Retrouvez l'article original sur RTBF