Paris en Ardenne

Si Bastogne est connue mondialement comme la ville ayant résisté à la dernière offensive allemande en hiver 1944, on sait beaucoup moins qu’elle a aussi été surnommée au 16e siècle "Paris en Ardenne". Bastogne était renommée à l’époque pour ses foires aux bestiaux.

Petite cité ardennaise, Bastogne se trouve à un carrefour de routes importantes. C’est pour cela qu’elle a été fortifiée au Moyen-Âge. De ses fortifications, en 1332, Jean l'Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohême, permet la construction de remparts, de tours et de deux portes. A ce jour, la Porte de Trèves, l’ancienne porte basse, est un des derniers vestiges des fortifications qui entouraient la ville au Moyen-âge.

A l’abri de ses remparts, de nombreux commerçants s’y sont installés.

Plusieurs communautés religieuses se sont développées et ont organisé l’enseignement. Aujourd’hui encore, Bastogne est un centre scolaire important.

L’histoire de la ville, de la région et de ses habitants est présentée au Musée en Piconrue. De l’église aux champs, du berceau à la tombe, du rituel magique à la piété populaire, de nombreux objets et œuvres y témoignent de la culture ardennaise.

Erigée en 1950, le mémorial américain du Mardasson rend, quant à lui, hommage à l’armée américaine pour son rôle lors de la libération de l’Europe. Dans le même ordre d’idées, le Bastogne Historical Center retrace les moments cruciaux de l’offensive des Ardennes.

C. Vandelois