Bastogne 6600

Trop d'enfants sur les voies : jusqu'à 3.000 euros d'amende

Infrabel tire la sonnette d'alarme: au quotidien de plus en plus de personnes se trouvent sur les voies et pendant l'été, ce sont majoritairement des enfants. Le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire rappelle le danger de ces actes et les amendes liées lorsque le "trespassing" engendre des retards dans les trains.

"Vous ne laisseriez jamais vos enfants jouer sur l’autoroute, alors pourquoi les laisser sur le domaine ferroviaire, le risque est tout aussi élevé ?"

Cette question, le porte-parole d'Infrabel se la pose de nombreuses fois ces derniers jours. En cause, l'augmentation d'incidents impliquant des passants sur ou à côté des voies de chemin de fer.

Un phénomène en augmentation, rapportent dans Het Laatste Nieuws, De Morgen et la Dernière Heure.

Par rapport à juillet de l'année dernière, le phénomène de "trespassing" a augmenté de 20 %. Cette année, pour juillet, le retard accumulé à cause de personnes le long ou sur les voies est de 6.204 minutes, soit à peu près 3 heures de retard par jour.

Ce retard a un coup, rappelle Infrabel, et surtout pour les contrevenants : la SNCB peut en effet réclamer jusqu’à 3.000 euros d’amende et 89 euros par minute de retard.

Une augmentation inquiétante

Le bilan 2014 est plus qu'inquiétant : plus d'accidents que l'année précédente, plus de retards pour les voyageurs, et ce malgré les campagnes de prévention et de répression. 9 personnes sont décédées et 7 autres ont été grièvement blessées en se faisant heurter par un train alors qu'elles traversaient les voies (ou s'y promenaient) là où ce n'est pas permis, note Infrabel sur son site Internet.

Aurore Peignois avec Belga.