Lobbes 6540

La Carolo UCL a sa toute première présidente de son histoire !

Les étudiants qui étudient à Louvain-la-Neuve ont repris le chemin des auditoires depuis cette semaine.

Les étudiants qui étudient à Louvain-la-Neuve ont repris le chemin des auditoires depuis cette semaine. Et pour la plupart d’entre eux, cette rentrée est aussi synonyme de retour dans les salles des cercles estudiantins. La Carolo UCL a fêté sa rentrée aussi avec une nouveauté pour cette année 2021-2022 puisqu’à sa tête c’est une présidente, une première depuis 135 ans d’existence

Ce n’est pas une rentrée académique comme les autres pour le cercle de la Carolo UCL. Après 135 ans d’hégémonie masculine, l’heure est au changement puisque c’est désormais une femme à la tête de la plus grande des régionales. « Il y a d’office un peu de stress mais il y a aussi beaucoup de fierté car c’est perpétuer la tradition, l’histoire et le folklore de la Carolo. Je suis super contente d’apporter ma pierre à l’édifice », avoue Clémentine Henskens, la nouvelle présidente de la carolo UCL. 

Nous sommes donc à un tournant dans l’histoire du cercle estudiantin. Il y a bien des filles qui occupent des postes à responsabilité mais jamais l'une d'entre elles n’avait pu, jusqu’à aujourd’hui, prétendre au poste de présidente. « Avant, il y avait pas femme au ‘commu' et pour se rendre de ce qu’est la responsabilité d’une salle et d’une régionale, il faut y habiter. L’an dernier, on m’a proposé d’y koter et c’est comme cela que je suis arrivé au poste de présidente », confie la toute nouvelle présidente.  

Félicitée par les nouveaux et surtout, les anciens ! 

Qu’ils soient étudiants ou même anciens, l’arrivée de Clémentine est vu comme un souffle nouveau. « Par exemple, j’ai reçu un mail d’un ancien président de 1983 qui m’a félicité, encouragé et que c’était important qu’une femme devienne présidente. »

Durant un an, Clémentine sera le nouveau visage de la Carolo. Un changement qui ravit tout le monde et qui s’inscrit dans la continuité de la logique progressiste et de l’ouverture d’esprit.

Retrouvez l'article original sur Télésambre