Lobbes 6540

L'édito: 'Nethys: réveil tardif'

C'est curieux, avouez.

C'est curieux, avouez. Pendant des années, Stéphane Moreau et son entourage publifineux ont pu agir en toute impunité, jouer avec le pognon public sans que personne, à commencer par le politique, n'y trouve à dire ou si peu.

Et puis là, bizarrement, quand ça sent le sapin pour Nethys, que Voo est quasi revendu en stoemeling à un fonds de pension américain, que Moreau annonce son départ, hop, tout le monde se réveille! A commencer par les communes liégeoises qui paniquent à l'idée de ne plus retrouver les sous qu'elles ont mis dans l'aventure Publifin.

Et puis il y a Brutélé qui négociait gentiment la revente de ses parts dans l'opérateur Voo avant de geler les discussions en début de semaine: panique à bord. Quoi, Stéphane Moreau revend Voo sans nous prévenir? Nom d'un petit décodeur, c'est intolérable!

Non mais dites-moi c'est une révolte? Non Sire, c'est une révolution. Quand l'argent qui dormait depuis des années est subitement prêt à se barrer à l'étranger avec armes et bagages mais surtout sans prévenir, l'hibernation coupable subit radicalement un coup d'arrêt. Et celui-dont-on-ne-pouvait-pas-prononcer-le-nom, fût-il Liégeois, devient subitement une insulte à la bonne gouvernance, même pour les Carolos.

Les réveils tardifs sont souvent les plus beaux. Mais aussi les plus difficiles à décoder...

Retrouvez l'article original sur Télésambre