Lobbes 6540

Caterpillar: un centre de testing va s'installer sur une partie du site !

Le site de Caterpillar va accueillir un nouveau centre de testing Covid-19.

Le site de Caterpillar va accueillir un nouveau centre de testing Covid-19. Dès demain, les patients qui se sont inscrits pour se faire tester devront se rendre dans l'un de ces centres. Le but du centre de testing à Gosselies est de désengorger les autres qui sont arrivés à saturation. En moyenne, ce sont 180 tests qui seront effectués. 

C’est sur une partie de l’ancien site de Caterpillar que l’on se prépare à accueillir de nouveaux patients. Dans la région, c’est le septième de ce type. Les contaminations sont en hausse et il faut absolument désencombrer les six autres et dès ce mercredi, ce centre sera opérationnel. «  Ici, nous espérons offrir entre 125 et 150 tests par jour, explique Jean-Stéphane Rochet, le médecin responsable du testing de Gosselies. On pourrait même augmenter la capacité à 180 parce qu’on se rend compte qu’on est déjà à saturation. » 

Les médecins se relayeront pour tester le plus grand nombre. Deux plages horaires de trois heures chacune par jour sont prévues. On augmente les moyens et l’ancien site de Caterpillar était l’endroit idéal et cette fois, ce sont des tests à la chaine que l’on va réaliser.  

Deux conditions sont requises pour se présenter 

Par contre, il est inutile de se présenter même si vous avez avez des symptômes. Il faut soit une prescription du médecin ou soit un QR code venant du Tracing. Et si vous avez une de ces deux conditions, il faudra s’inscrire en amont sur le site www.fagc.be/testing ou via le numéro 071/20.21.60. 

Les laboratoires sont surchargés et il va falloir s’armer de patience pour obtenir les résultats. 

Comptez trois jours pour avoir les résultats. Ce centre de testing basé à Gosselies ne sera pas éphémère. Il sera présent jusqu’au printemps, au moins. C’est un ancien site de Caterpillar qui se réinvente avec ses plots, comme quoi, tout s’emboîte bien avant l’arrivée du prochain repreneur.

Retrouvez l'article original sur Télésambre