Thuin

Capitale de la verte Thudinie, Thuin est située au confluent de la Sambre et de la Biesmelle.

Le riche passé de Thuin se caractérise par son patrimoine architectural. C'est entre les 16e et 18e siècles que Thuin connait son âge d’or La ville est dominée par un beffroi haut de 60 mètres érigé en 1638 qui figure au patrimoine mondial de l’Unesco. Parmi les autres édifices remarquables, situés pour la plupart d’entre eux à la ville haute, on notera l’ancien hôtel des postes, la maison espagnole, l’église Notre-Dame-du-Mont-Carmel, ou encore l’ancien couvent des oratoriens qui accueille aujourd’hui l’athénée royal.

Parmi les traces bien visibles du passé médiéval de Thuin, Les jardins suspendus figurent en bonne place. Leur origine est liée à l’histoire des fortifications de la ville. Les bourgeois ne disposant que de très peu d’espaces verts, ces jardins leur permettaient d’exploiter des potagers afin de se nourrir. Anciennement, des vignes poussaient dans ces jardins bourgeois et monastiques. Grâce à l’ensoleillement exceptionnel du à l’orientation plein Sud des jardins et à la chaleur emmagasinée par les murs en moellons gréseux des vignes ont repris leur place sur ces magnifiques terrasses pour produire Le Clos des Zouaves.

Les Thudiniens aiment leur ville et ils apprécient tout autant leur folklore. Immuablement depuis 1654, chaque année, le 3e weekend du mois de mai, se déroule la procession militaire en l’honneur de saint Roch. Cette marche de l’Entre-Sambre-et-Meuse est reconnue au même titre que d’autres processions, comme chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’Humanité par l’UNESCO

L’ancienne bonne ville de la Principauté de Liège est indissociable de l’histoire de la batellerie. Au début du 20e siècle, Thuin comptait plus de 1.100 chefs de famille bateliers sur une population de 5.000 habitants. Une grande partie de l’activité économique de la cité tournera durant des décennies autour de la construction navale. A l’apogée de la batellerie, la Haute Sambre comptait pas moins de 15 chantiers navals. Le dernier d’entre eux fermera ses portes en 2003. Aujourd’hui de ce riche passé, il reste à Thuin un musée de la batellerie et bon nombre d’anciens bateliers qui ont choisi Thuin et son quartier du rivage pour jouir d’une retraite bien méritée.

C.Vandelois