Chimay 6460

L'Impermanence s'expose et se vit à l'Aquascope de Virelles

Focus sur Impermanence.

Focus sur Impermanence. Un projet artistique pluridisciplinaire et philosophique qui nous plonge dans le côté éphémère de la nature. Une immersion intérieure pour l’artiste Gérard Frola qui évoque aussi des moments difficiles de sa vie. Rencontre avec ce photographe sans filtres. 

Qu'est-ce que c'est l'Impermanence?

Gérard Frola : "L'Impermanence, c'est surtout se rendre compte que la vie a une fin pour tout et pour nous aussi. De par une exposition nature se rendre compte du côté éphémère de la vie, de toutes les formes de vie et la nôtre aussi en l'occurence".

Que retrouve-t-on dans l'exposition, dans ce projet?

Ici, il y a des installations sonores, des installations vidéos, de la photo et beaucoup de texte. Il y a un livre est édité en même temps. C'est le texte qui renvoie à la photo. Il y a cinq chapitres. L'exposition est agencée en plusieurs espaces différents. Des espaces où l'on se retrouve dans une forêt imaginaire, on peut donc imaginer tout ce que l'on veut. Je laisse au spectateur lui-même s'évader.

D'où vous vient votre inspiration?

Se retrouver face à face avec la nature, cela inspire. Moi c'est ce qui m'a inspiré à faire ce projet, ce sont mes rendez-vous quasi-permanents avec la nature. Quand on se retrouve seul dans des endroits un petit peu inhabituels, on ressent des choses qui sont pour moi essentielles. On philosophe, on a le temps de penser à soi-même et à l'espèce humaine au sens large. D'où l'Impermanence et cette envie de la partager sous forme de ce projet. 

Evoquez-vous des moments personnels dans ce projet?

Il y a des endroits où je parle clairement de la mort de ma maman. Le texte démarre simplement en disant : ''Aujourd'hui, après une tempête, ma maman est morte''. Puisque c'est comme cela que ça s'est passé. C'est un moment qu'on oublie jamais. C'est aussi cela qui éveille à l'Impermanence. J'ai utilisé pour illustrer ce moment assez douloureux et personnel des photos d'oiseaux et d'envol. Je dis dans le texte : ''Elle vole''. C'est un peu la symbolique du départ vers on ne sait pas quoi non plus, du départ en tout cas.

Vous organisez des stages autour de l'Impermanence.

Dans tous mes projets depuis toujours, ils ne peuvent exister pour moi que s'ils sont partagés. On va faire des ateliers photos où on va essayer d'aller chercher cette impermanence qu'on va trouver dans la nature. Et à l'Aquascope de Virelles, Dieu sait qu'on sera gâtés pour trouver la nature que l'on veut.

Des animations accessibles à tous sont organisés à l’Aquascope de Virelles. L'exposition de 160 photographies, elle, est à découvrir sans tarder et ce jusqu’au 3 mai. 

Retrouvez l'article original sur Télésambre