Charleroi 6000

Charleroi : réaménagement du plan de stationnement

Dès le 1er janvier 2022, deux nouvelles couleurs seront d’application dans le plan de stationnement à Charleroi : le magenta et le turquoise. Des zones de parking gratuites mais dont l’usage est limité dans le temps.

Depuis le 1er janvier 2017, la commune de Charleroi a mis en place son plan de stationnement avec un code couleur pour les différents usages et règles. Généralement, les 30 premières minutes sont offertes. Rouge, on peut stationner deux heures maximum. Orange, on ne peut pas se garer plus de trois heures et demie. Vert et blanc, on peut s’y parquer huit heures maximum avec une particularité pour la zone blanche, qui offre les quatre premières heures.

Mais le règlement vient à échéance à la fin de l’année, et le conseil communal s’est penché sur son actualisation en juillet dernier. Des propositions qui viennent d’être validées par les autorités de tutelle qui vérifient les textes et le budget alloué au projet. L’objectif de ce réaménagement est de simplifier les règles de stationnement existantes et d’augmenter le taux de rotation des places de parking, notamment dans le centre-ville.

Deux nouvelles couleurs ont été intégrées dans le règlement : le magenta et le turquoise. Au départ, elles remplacent des usages déjà existants : les places de stationnement limitées à 30 minutes (zone magenta, toujours limitées à 30 minutes) et les anciennes zones bleues et le disque de stationnement (zone turquoise, où le stationnement ne peut dépasser deux heures). Xavier Desgain, échevin de la Mobilité : "avant, les zones bleues et les zones 30 minutes étaient contrôlées par la police, les autres par la Régie communale autonome (RCA). Maintenant, c’est la RCA qui fait tout".

La Régie communale autonome gère plus de 7000 places de parking sur la commune. Le réaménagement de leur gestion a été encouragé par une demande émanant des commerçants de différents quartiers de stimuler le taux de rotation des places de parking. Mais il ne faut pas imaginer une rue entièrement intégrée dans une zone magenta, limitée à 30 minutes de stationnement. Comme l’explique l’échevin de la Mobilité, il y aura quelques places de parking de cette couleur dans les rues commerçantes. "Nous avons travaillé avec les commerçants qui nous ont dit où se trouvaient les boulangeries, les boucheries, les teintureries et autres endroits où l’on a besoin que les gens aient une place pas loin mais pas forcément pour longtemps". Le plus souvent, ces places de parking se trouvent aux abords des zones piétonnes, comme la Place de la Digue, ou la Rue de la Montagne.

Pour les personnes à mobilité réduite, le système change aussi : la carte de stationnement PMR sera associée à la personne et non plus à une ou deux voitures maximum. D’ici à la fin de l’année, l’objectif est de passer de 69 à 151 places réservées aux personnes à mobilité réduite. Antoine Tanzilli est le directeur de la RCA, en charge du stationnement : "ici derrière nous, Boulevard de Fontaine, Boulevard Audent, Avenue des Alliés, on a déjà de nouvelles places PMR". Un engagement pris entre la commune et le Conseil consultatif de la personne handicapée. "Il fallait que ces nouvelles places soient déjà effectives lorsqu’on passait au nouveau système qui ne prévoit plus la gratuité via l’enregistrement. Il fallait donc que ces places soient directement disponibles. Elles ont commencé à fleurir et ça va continuer pendant tout l’automne". L’objectif est donc d’augmenter les places de parking réservées aux personnes à mobilité réduite pour leur assurer un accès simplifié à des lieux stratégiques comme le Palais de justice…

Les aménagements des voiries sont en cours pour que tout soit prêt pour le 1er janvier 2022. La mobilité reste une affaire vivante, comme l’a souligné l’échevin Xavier Desgain, qui envisage ce processus comme évolutif, si de nouveaux besoins spécifiques devaient se présenter.

Toutes les informations sur le futur aménagement du plan de stationnement à Charleroi sont à retrouver sur le site Parking Malin.

Eva Seker

Retrouvez l'article original sur RTBF