Couvin 5660

Mopets.com, le réseau social des amis des animaux

C'est officiel, Mopets.com (pour MOther of PETS) a fait ses premiers pas sur le Net. Cette start-up lancée par une entrepreneuse belge souhaite rassembler les amis et propriétaires d’animaux domestiques ainsi que les professionnels du secteur sur une grande plateforme.

Mopets, c’est l’histoire de Nancy, de son mari Peter et de Gus, leur chien de chasse, un Munsterländer adopté dans un refuge à l’âge de onze mois. Obligés de quitter leur maison à la campagne pour des raisons professionnelles pour emménager dans un appartement en ville, ses maîtres ne pouvaient imaginer renvoyer Gus au refuge, mais ignoraient comment gérer le problème.

L’idée leur est venue de chercher à rencontrer d’autres propriétaires de Munsterländer ayant vécu une expérience similaire. Ayant réalisé l’essentiel de sa carrière dans la communication et le marketing, Nancy Delhalle ne pouvait passer à côté de la solution idéale pour fédérer ces témoignages: une communauté sur le Net ! Les bases de Mopets étaient posées, restait à développer un business model rentable.

 

Mopets.com se profile à la fois comme un réseau social avec des petites annonces, une plateforme collaborative de services pour animaux de compagnie et un annuaire des professionnels du secteur. Une combinaison unique où tout le monde trouve son compte: les propriétaires souhaitant partager leur amour pour leurs compagnons avec anecdote, photos et vidéos mais également des signalements d'animaux perdus, trouvés ou à adopter. Les professionnels du secteur animalier pourront se faire connaître auprès d'un public ciblé déjà propriétaire ou en réflexion.

La plateforme servira également aux particuliers qui proposent leurs services aux propriétaires pour garder ou promener leurs fidèles compagnons, sans oublier évidemment le côté plus commercial avec les annonceurs qui pourront proposer produits, services et offres aux utilisateurs de la plateforme.

Le projet ambitionne de devenir "la" référence pour toutes les questions/besoins relatifs aux animaux de compagnie : le Facebook amélioré des animaux de compagnie, en quelque sorte.

 

" Il existe déjà un certain nombre de plateformes dédiées aux animaux de compagnie et à leurs propriétaires, mais aucune ne combine la force d’un réseau social, une stratégie de marketing digital omnicanal permettant de générer un important trafic et, par là-même, des revenus immédiats, ainsi qu’une offre complète de services en lien avec la vie de l’animal ", souligne Nancy Delhalle (47 ans), cofondatrice de Serviceplan Group Benelux. "

 

À moyen terme, la fondatrice de Mopets compte également proposer aux propriétaires d’animaux des "packages" annuels (comprenant, par exemple, une assurance, les consultations chez un vétérinaire et de la nourriture de qualité à un prix avantageux). Elle a, par ailleurs, reçu le soutien d’investisseurs privés pour créer la marque Mopets, qui proposera de nouveaux produits et services destinés à simplifier la vie des propriétaires d’animaux de compagnie.

Un marché extrêmement porteur

Selon une étude du SPF Économie, les Belges possédaient 1,5 million de chiens et 2,2 millions de chats en 2014 (dernières données officielles disponibles). Les dépenses liées aux animaux de compagnie se chiffraient, pour la même année, à 1,3 milliard d’euros : un budget dont les postes principaux sont la nourriture (55,9 %), les honoraires vétérinaires (23,2 %), l’achat de produits divers (10,5 %), les frais d’hébergement et le bien-être de l’animal (6,3 %). Et les compteurs s’affolent dès que l’on jette un œil au marché européen avec, par exemple, 12,2 millions d’animaux domestiques aux Pays-Bas, 15,9 millions en Espagne, 27,3 millions en France, 30 millions en Allemagne…

Lancé conjointement en Belgique et au Luxembourg, Mopets débarquera sur ces quatre marchés très porteurs dans les prochains mois. D’autres pays suivront après un an d’activités. En Belgique, Nancy Delhalle vise l’équilibre financier dès la première année pour atteindre un chiffre d'affaires de 3 millions d'euros d’ici trois ans en Europe de l’Ouest.