Ciney 5590

La pauvreté, mal aimée des majorités cinaciennes

40.000€. C'est l'augmentation de la part communale dans le budget 2019 du CPAS de Ciney. Même pas de quoi rattraper l'inflation. La pauvreté n'est pas une priorité de la Ville. Et ce n'est pas nouveau.

Séverine Goedert, présidente du CPAS de Ciney, connaît un début de législature en trombe: préparation du déménagement du CPAS, engagement d'une nouvelle directrice générale, et sous-effectifs du personnel. Le tout dans un cadre budgétaire incertain. D'ailleurs, elle l'a annoncé au conseil lundi: "Ce sera un budget prudent". Un budget de 2,5 millions€, à l'équilibre grâce à une augmentation de la part communale de 40.000€ et un recours au fonds de réserve à hauteur de 99.000€. Insuffisant, selon la minorité.

De la part du groupe Action, le tir était nourri: "Vous investissez 120.000€ dans la communication et 40.000€ dans le social, on voit où est votre priorité" (Damien Borlon), "Je ne sais pas si on parle vraiment d'un budget qui concerne la politique sociale" (Cécile Clément), "C'est une régression importante" (Frédérick Botin).

Pour le chef de groupe Frédérick Botin, les dépenses ont été sous-évaluées:

La part communale n'augmente que de 0,5% alors que l'index est de 2,33%. L'augmentation prévue en frais de personnel à la commune est de 6% et vous n'avez budgeté que 3,9% au CPAS. Vous n'avez prévu que 21.490€ d'augmentation des frais de fonctionnement alors que vous allez faire face à un déménagement. Ce n'est pas un budget-vérité. C'est antinomique d'annoncer que la pauvreté augmente mais de diminuer le budget. Nous nous abstiendrons pour vous inciter à revoir le budget.

Le conseiller Ecolo Patrick Dupriez a décidé, tout comme Jean-Marie Cheffert avant lui, de se montrer indulgent envers la nouvelle présidente. Tout en relevant néanmoins que la pauvreté s'accroît à Ciney mais que la prise en charge communale diminue:

La majorité a pris 186 engagements envers le citoyen. Mais les plus précaires des citoyens, ils n'étaient pas là lors de vos réunions de campagne pour faire entendre leur voix. Il y a quelque chose à mettre en place pour faire une vraie politique de sécurité sociale à Ciney. Au-delà des phrases cliché de votre note de politique générale, quelle est la vision de la Ville et quelle est la réalité sociale à Ciney? La part communale à la politique sociale était de 36% en 2012, elle est tombée à 27% en 2019 alors que le nombre d'allocataires est passé à 305 personnes et que des colis alimentaires sont distribués chaque semaine à 150 familles par Saint-Vincent-De-Paul. 

Ecolo a voté positivement sur le budget mais en encourageant la majorité à engager rapidement du personnel et à renforcer les partenariats avec les autres acteurs sociaux de la Ville, pas une seule fois cités dans la note de politique du CPAS.

Séverine Goedert, la présidente du CPAS, a défendu son budget au nom d'une prudence pour cette première année. Elle a aussi rappelé qu'elle faisait face à une situation héritée du passé:

En 2015, 2016 et 2017, sous l'ancienne majorité, le budget n'a pas bougé du tout. Et en 2018, vous avez rattrapé de 120.000€ juste parce qu'on était en année électorale.

L'échevin Guy Milcamps s'est montré plus clair encore:

En cinq ans, le nombre de bénéficiaires du revenu d'intégration a augmenté de 220% et sur cette période, l'ancien Collège n'a engagé aucune assistante sociale supplémentaire! C'est un peu malheureux de nous donner des leçons.

Retrouvez l'article original sur MAtélé