Ciney 5590

Inondations : que va-t-on faire des tonnes de déchets ?

Des tonnes de déchets s’entassent à la suite des inondations. A Rochefort, chez CETT, le recyclage est compliqué. Pour le stockage des détritus, le centre BEP de Ciney arrive bientôt à saturation.

Plus de 148 tonnes de déchets sont arrivés au centre de transfert du Bureau économique de la province de Namur (BEP) situé sur le zoning de Biron. Les lieux servent de zone de stockage avant que les déchets soient traités et triés. Le problème est que de grosses quantités de déchets vont encore arriver dans les jours à venir, il faut donc trouver de la place pour les stocker en attendant leur acheminement. Ingrid Bertrand, responsable de communication au BEP, explique :

L'enjeu maintenant, est que l'on recherche, avec la Région wallonne, des sites qui sont en capacité de stocker les déchets avant broyage et envoi en incinération. Le but est de désengorger des sites comme celui-ci qui commencent à arriver à saturation.

Chez CETT à Rochefort, le constat est le même. A l'heure actuelle, il y a près de 2573,66 tonnes de déchets liés aux inondations qui sont arrivés sur le site de l'entreprise depuis le 16 juillet dernier, soit l'équivalent de 608 camions. Pour trier ce qui sera ou non recyclé, les machines de tri fonctionnent à plein régime. A cause de la boue, l'eau, et autres résidus des crues, la tâche est plus ardue. Il faut parfois repasser sur les détritus une deuxième fois; comme l'explique Thomas Monseu, administrateur de CETT :

Habituellement, on est à 20 % de déchets incinérés dans tout ce qui rentre dans la ligne de tri. Aujourd'hui, on est à peu près à 45 % de ce qui est non-valorisable. Un déchet qui était propre et recyclable ne l'est plus quand il est trop souillé.

Attention aux produits explosifs et inflammables

Face à ces tonnes de déchets, le BEP est conscient qu'il est impossible de demander aux sinistrés d'effectuer un tri strict en amont. Néanmoins, la chargée de communication du BEP demande de faire attention à deux choses:

D'une part, aux bonbonnes de gaz et aux batteries. En effet, puisque les déchets sont broyés avant d'être incinérés, il y a un risque d'explosion. D'autre part, il est demandé d'isoler les gros électroménager tels que les frigos, les fours, etc. afin de faciliter le recyclage. 

Pour pouvoir désengorger le centre de transfert, le BEP demande également que l'accès aux recyparcs soit laissé en priorité aux sinistrés. Il est dès lors demandé aux citoyens non sinistrés de ne plus amener leurs déchets électriques et électroniques dans les recyparcs. 

Des tonnes de déchets s’entassent à la suite des inondations. A Rochefort, chez CETT, le recyclage est compliqué. Pour le stockage des détritus, le centre BEP de Ciney arrive bientôt à saturation.

Retrouvez l'article original sur MAtélé