Ciney 5590

Agriculture: interdiction de cultiver sur une bande de six mètres près des cours d'eau

Pour limiter l’écoulement de produits phytosanitaires dans les cours d’eau, les agriculteurs concernés doivent laisser une bande enherbée de six mètres sans utilisation de produits.

Dans le village de Croix, Geoffrey Floymont, éleveur bovin, a planté une haie de saules têtards à côté du ruisseau qui borde sa prairie, en février dernier:

Nous avons planté cette haie par souci du bien-être animal afin qu'ils aient des endroits où s'abriter. On voulait aussi renforcer le maillage écologique de la prairie et assurer un côté esthétique.

Cette haie est une initiative personnelle, mais depuis le 1er octobre, les agriculteurs qui cultivent en bord de cours d'eau ont l'obligation de faire à peu près la même chose que Geoffrey, comme l'explique Antoine Quirynen, un conseiller en mesures environnementales de Natagriwal:

Les six premiers mètres en bordure de cours d'eau vont devoir être pérennes. Il faudra y mettre de la prairie ou des bandes boisées.

Une formation obligatoire était organisée à Sovet sur le sujet pour les agriculteurs. Le but est d'éviter les écoulements d'azote ou de tout autre produit phytosanitaire dans l'eau. Pour soutenir ce changement, des subsides existent, ajoute le conseiller:

Il existe les subsides MAC (mesures agro-environnementales et climatiques) par la mise en place d'une bande aménagée ou d'une tournière. Cela peut aller jusqu'à 1.500€ l'hectare. Pour les avoir, il y a un cahier des charges à respecter comme la fauche tardive, la non-utilisation de produits phytosanitaires sur cette bande. On peut aussi valoriser cet espace en y exploitant des arbres qui peuvent servir pour du bois de chauffage ou encore comme plantation d'arbres fruitiers. On peut alors obtenir une aide à la plantation.

Dans le cas de Geoffrey, pour obtenir ces aides, il devrait varier les types de plantations. Les autres agriculteurs qui cultivent en bord de cours d'eau ont jusqu'à fin mai 2022 pour se mettre en ordre.

Pour limiter l’écoulement de produits phytosanitaires dans les cours d’eau, les agriculteurs concernés doivent laisser une bande enherbée de six mètres sans utilisation de produits.

Retrouvez l'article original sur MAtélé