Rochefort 5580

Jenny Bastin, médecin de Han-sur-Lesse, s'attendait à des mesures fédérales plus restrictives

Jenny Bastin est médecin généraliste à Han-sur-Lesse. Face à une recrudescence de l'épidémie, elle s'attendait à des mesures plus restrictives de la part des autorités fédérales.

*** Ces réactions ont été récoltées avant les mesures prises par la Région wallonne et par la Fédération Wallonie-Bruxelles***

En première ligne au niveau des soins de santé, Jenny Bastin, médecin généraliste de Han-sur-Lesse, observe dans sa patientèle une recrudescence de l'épidémie de Covid-19 depuis le mois de septembre dernier. L'augmentation du nombre de cas positifs semble suivre une courbe exponentielle. Alors, en observant les nouvelles mesures prises par le gouvernement fédéral ce vendredi 23 octobre, elle ne cache pas son étonnement:

On s'attendait à des changements, à des mesures plus restrictives au niveau des rassemblements. On voit les chiffres qui grimpent rapidement, et on risque d'être dépassés. Est-ce que prendre des mesures plus drastiques plus rapidement ne serait pas plus efficace? 

Dans les prochaines semaines, la doctoresse craint que les hopitaux ne puissent suivre la cadence: 

Les prises en charge des patients contaminés par le Covid sont de plus en plus nombreuses dans les hôpitaux. Et cela a un impact sur les autres services qui sont déforcés. Je crains que d'autres pathologies soient moins vite prises en charge.

Interview complète de Jenny Bastin, médecin généraliste à Han-sur-Lesse:

[video2]

"Si la situation s'aggrave, on n'évitera pas des mesures plus coercitives"

A Mont-Godinne, comme dans tous les hôpitaux du pays, le nombre de patients "Covid" est en nette hausse ces derniers jours. Pour le directeur médical de l'hôpital, Benoît Rondelet, il faut à tout prix éviter un engorgement dans la prise en charge des malades. Et, selon lui, la solution passe avant tout par le bon comportement de la population:

Je m'interroge d'entendre les gens se plaindre qu'ils n'aient pas assez de liberté et d'attendre que les mesures viennent du gouvernement plutôt que d'eux-mêmes. Il faut que tout le monde s'autodiscipline. Ne pas attendre que les solutions viennent de l'état. Si la situation s'aggrave, on n'évitera pas des mesures plus coercitives. 

Dès ce week-end, les hôpitaux namurois s'apprêtent à rentrer en phase "2A". Cette phase implique une nouvelle augmentation du nombre de lits pour les patients atteints par le Covid 19. 

Interview complète de Benoît Rondelet, directeur médical du CHU UCL Namur - site de Godinne:

[video3]

Jenny Bastin est médecin généraliste à Han-sur-Lesse. Face à une recrudescence de l'épidémie, elle s'attendait à des mesures plus restrictives de la part des autorités fédérales.

Retrouvez l'article original sur MAtélé