Rochefort 5580

Infirmière à domicile à Rochefort, Sylvie voit une soixantaine de patients par jour

Afin de renforcer les équipes dans les hôpitaux, un appel est lancé depuis vendredi dernier aux infirmiers et infirmières à domicile. Mais leurs emplois du temps sont déjà bien chargés.

Il est à peine 10h30 ce mardi, et Sylvie voit déjà son 32ème patient de la matinée. Les soins qu'elle lui apporte ne prennent que quelques minutes. Puis, il est déjà temps pour l'infirmière de se remettre en route, pour enchaîner avec le rendez-vous suivant de son marathon quotidien:

J'ai 55 patients à voir aujourd'hui, ce qui est habituel dans mon emploi du temps. Actuellement, je travaille sept jours sur sept car ma remplaçante est absente. 

Rôle social

Chaque jour, le compteur de sa voiture s'alourdit de 250 kilomètres sur les routes famennoises entre Rochefort et Marche qu'elle sillonne pour rendre visite à ses patients. Alors que le plein de son véhicule s'épuise, l'infirmière, quant à elle, garde la même énergie, le même sourire au fil de sa journée. Les seuls moments d'accalmie sont en compagnie de ses patients. Quelques minutes où l'infirmière prend le temps de la discussion tout en prodiguant les soins:

Notre métier ne se résume pas uniquement aux actes médicaux. Notre rôle social est prépondérant. Pour certains patients, nous sommes parfois la seule personne qu'ils voient sur la journée. Alors oui, quand je termine mon travail, j'ai le sentiment de m'être rendue utile.  

"Nous ne sommes pas reconnus"

Avec ce rythme d'une soixantaine de visites par jour, autant dire qu'il devient compliqué d'y ajouter des heures de travail supplémentaires dans les hôpitaux durant cette crise du covid comme le suggérait récemment Elio Di Rupo. Derrière le sourire de Sylvie Maldague, face à cet appel à l'aide du ministre-président, se cache un sentiment d'incompréhension:

Je travaille près de douze heures par jour. Travailler plus n'est pas possible. J'ai parfois l'impression que nous ne sommes pas reconnus pour notre travail. Les aides financières que nous avons reçues durant les premiers jours de la crise sont dérisoires. 

Sylvie Maldague est un exemple parmi d'autres infirmiers et infirmières à domicile dont l'emploi du temps est bien rempli. Une profession qui a eu le don, pour bon nombre de ses représentants, d'être surprise par l'appel à l'aide du ministre-président wallon. 

Afin de renforcer les équipes dans les hôpitaux, un appel est lancé depuis vendredi dernier aux infirmiers et infirmières à domicile. Mais leurs emplois du temps sont déjà bien chargés.

Retrouvez l'article original sur MAtélé