Beauraing 5570

Danger: les élèves de Pondrôme contraints de marcher le long de la grand route

Les élèves de l'école de Pondrôme sont désormais obligés de marcher le long de la grande route suite à la fermeture du sentier sécurisé qu'ils utilisaient avant. Le conseil communal a décidé d'aller en justice.

Les élèves de l'école de Pondrôme (Beauraing) marchent, matin et soir, le long de la grande route. Le raccourci à l'arrière de leur école, qu'ils avaient l'habitude de prendre pour rentrer chez eux, a été fermé. La décision vient de l'ASBL Comité des fêtes de Pondrôme qui gère la Salle l'Esperance, proche d'où passe le sentier. Depuis mi-décembre, des grilles empêchent le passage. 

Un acte jugé inconscient par le bourgmestre, Marc Lejeune, car il met en danger la sécurité des élèves. La commune a décidé d'aller en justice. 

Les choses peuvent encore s'arranger autrement mais nous avons déjà essayé de discuter avec le président de l'ASBL qui ne veut rien entendre. C'est notre seule chance de voir quelque chose bouger.

La fermeture de ce deuxième accès à l'école entraîne aussi des problèmes de parking : le bus scolaire qui se stationnait à l'arrière doit aujourd'hui s'arrêter sur la route pour embarquer et débarquer les enfants. Cette situation vient mettre en lumière d'autres problèmes liés à la gestion de la salle par l'ASBL. 

Cette salle a été construite par des bénévoles du village. La commune avait signé un bail emphytéotique avec l'ASBL du Comité des fêtes. Aujourd'hui, le président gère seul l'ASBL et n'agit pas en faveur des associations du village. De plus, je reçois régulièrement des plaintes venant de personnes qui ont loué la salle parce qu'elles se sont fait arnaquer. 

Le président de l'ASBL n'a pas souhaité répondre à nos questions. La commune de Beauraing aurait aimé ne pas avoir recours à la justice dans cette histoire mais estime devoir protéger la centaine d'élèves qui circulent quotidiennement autour de l'école de Pondrôme.

Les élèves de l'école de Pondrôme sont désormais obligés de marcher le long de la grande route suite à la fermeture du sentier sécurisé qu'ils utilisaient avant. Le conseil communal a décidé d'aller en justice.

Retrouvez l'article original sur MAtélé