Bièvre 5555

Cambriolages à Bièvre: une réunion d'info en février, avant un PLP?

La commune de Bièvre et la zone de police organisent une réunion d'info sur les PLP le 5 février, en réaction à la vague de cambriolages du dernier trimestre: six fois plus qu'en 2018 sur la même période.

Une vague de cambriolages a touché les communes de Bièvre, Gedinne, Paliseul et Bertrix en fin d'année. Les chiffres pour les deux communes namuroises sont impressionnants, annonce Edwin Dassonville, chef de corps de la zone de police Houille-Semois:

Entre début octobre et fin décembre 2019, on a eu 19 vols et tentatives de vols à Bièvre, contre trois l'année précédente, sur la même période. Sur Gedinne, on est à 21, au lieu de cinq en 2018. En réaction, nous avons renforcé les équipes, orienté les patrouilles, les différents contrôles, en particulier sur les deux communes les plus touchées, des enquêtes sont également en cours.

A Bièvre, les autorités communales avaient annoncé leur souhait de lancer des initiatives citoyennes de type "Les voisins veillent". Ce slogan fait partie intégrante de ce qu'on appelle des Partenariats Locaux de Prévention, les PLP: des groupes de citoyens, souvent à l'échelle d'un village entier, qui font circuler l'information vers la police en cas d'agissements suspects. Ce lundi, le bourgmestre faisant fonction Michael Modave a fixé avec la police la date d'une réunion d'information pour la population. Il détaille:

Ce sera le 5 février à 19h30 au Centre Culturel de Bièvre. Il y aura les autorités communales, la police, ainsi que des personnes qui ont mis en place un PLP sur Godinne: des gens de terrain, ce sera un échange avant tout. On sera fixés sur la viabilité à Bièvre ce jour-là. Un PLP ne peut pas fonctionner sans citoyens. Je suppose, vu les vols récents, qu'il y aura pas mal de personnes intéressées, et donc il faut mettre les choses en place correctement.

Car un PLP est défini par la loi, régi par une charte, et sa mise en place suit une procédure particulière. La police a pour rôle de l'encadrer, mais l'initiative doit venir des habitants. Le but pour les citoyens est d'informer rapidement la police et non d'agir eux-mêmes, rappelle le commissaire Dassonville:

Il n'est pas possible pour la zone de police d'être présente partout à la fois sur un territoire de 535 km2. Mais il y a trop d'informations qui ne parviennent pas jusqu'aux services de police. Donc: que les citoyens n'hésitent pas et téléphonent au 101 en cas d'observation suspecte. Chacun doit rester à sa place, le citoyen ne doit pas faire le travail de la police mais un travail d'information, qui n'est pas non plus de la délation sur ses voisins, par exemple.

Des policiers livreront également des conseils de techno-prévention aux habitants lors de la soirée du 5 février, pour éviter au maximum les vols à leur domicile.

La commune de Bièvre et la zone de police organisent une réunion d'info sur les PLP le 5 février, en réaction à la vague de cambriolages du dernier trimestre: six fois plus qu'en 2018 sur la même période.

Retrouvez l'article original sur MAtélé