Vresse-sur-Semois 5550

Une nouvelle prison à Sugny, dans le sud de la province de Namur: le marché public est lancé, début des travaux dans trois ans

Une nouvelle prison sera donc bientôt construite dans le sud de la province de Namur, plus exactement à Sugny, sur le territoire de Vresse-sur-Semois.

Elle occupera sept hectares sur le site de l’ancienne base de l’OTAN. En échange de ce terrain, la Régie des Bâtiments a cédé à la commune une zone boisée d’une surface équivalente située juste à côté.

Le dossier a connu une avancée importante il y a peu. La Régie des Bâtiments a publié le marché public pour désigner les entreprises qui seront chargées de concevoir, de construire et d’entretenir le bâtiment. Il faudra cependant attendre encore quelques années avant le début des travaux: examiner les offres, sélectionner le meilleur projet, obtenir le permis, tout cela prendra du temps.

"On espère pouvoir mettre cette prison à disposition de la justice fin 2025, explique Laurent Vrijdaghs, le patron de la Régie des Bâtiments. En 2021, on prépare le terrain et on prépare l’attribution du marché. On commencera à construire une fois que les permis seront délivrés fin 2023 pour disposer du bâtiment deux ans plus tard."

312 places, comme à Marche

La future prison, baptisée "prison des Quatre Bornes" en référence à un lieu-dit situé à proximité, s'ajoutera aux établissements pénitentiaires existants. Elle sera une prison de peine, donc réservée aux détenus déjà condamnés. Elle comptera 305 cellules individuelles et sept cellules pour personnes à mobilité réduite. C’est un gabarit similaire à la prison de Marche inaugurée en 2013.

Au niveau architectural, il ne faut pas s’attendre à beaucoup d’originalité. Pour une construction de ce type, il n’y a pas 36 façons de faire.

"Là, on vient sur un style un peu classique de prison avec un noyau central et quatre ailes qui permettent d’avoir un contrôle plus ou moins facile des détenus. En fait, la conception est laissée au partenaire privé, mais celui-ci devra répondre à certaines performances imposées par le SPF Justice."

Un plus pour l’économie locale?

Pour la région, la concrétisation d’un tel projet est une aubaine au plan économique. A terme, entre 250 et 300 emplois directs et indirects devraient être créés.

"Il y a évidemment les gardiens, mais il y a aussi le personnel administratif, le personnel d’encadrement, psychiatrique et autres. Et puis la prison devra être approvisionnée en alimentation par exemple, nous essayons de privilégier les producteurs locaux. Cette prison va donc générer de l’emploi mais elle devrait aussi réactiver un peu l’économie locale."

Hugues Van Peel

Retrouvez l'article original sur RTBF