Anhée 5537

Warnant: 8 hectares agricoles passeraient en zone habitable (et vice-versa)

C'est un gros changement de plan de secteur qui a été demandé par le Comte de Lannoye à Warnant: faire passer 8 hectares de zone forestière et agricole en terrain à bâtir et vice-versa. La commune soutient.

Avertissement: ceci n'est pas une demande de permis d'urbanisme, mais une demande de changement de plan de secteur. Voilà le message martelé lundi soir par le bourgmestre d'Anhée Luc Piette lors de la réunion d'information concernant la demande de révision du plan de secteur introduite par le Comte de Lannoye à propos de ses terrains de Warnant.

Cette demande se base sur une idée simple: il y a actuellement 5 parcelles distinctes en zone à bâtir, totalisant 8 hectares. Si ces parcelles étaient bâties, cela ferait 5 mini-lotissements. C'est pour éviter cet étalement urbain que le propriétaire justifie sa demande, en faisant passer ces 5 parcelles en zone forestière et agricole, moyennant la révision d'une parcelle d'un seul bloc, actuellement en zone agricole, faisant aussi 8 hectares et se situant au coeur du village de Warnant, derrière le cimetière. Fini l'étalement urbain et la dispersion de l'habitat dans les campagnes: voilà la logique, comme la demande de révision le détaille:

La localisation de la nouvelle zone d'habitat à caractère rural, issue de la reconfiguration du plan de secteur du village de Warnant, vise un renforcement de la centralité, d'où la recherche d'une localisation à proximité du noyau central du village. Ce premier critère limite fortement les possibilités. Par ailleurs, le second critère à appliquer est l'absence de contraintes environnementales. Vu la configuration du village de Warnant, on pense plus particulièrement aux contraintes topographiques et paysagères. Sur cette base, il semble pertinent d'exclure les bordures nord, ouest et sud du village, caractérisées par un relief plus important ainsi que par des impacts paysagers potentiels. Seule la bordure est du village permet d'envisager un recentrement de l'habitat sur des terrains présentant peu, voire pas, de contraintes environnementales.

Inquiétudes des riverains

On ne peut parler de mobilisation citoyenne massive mais clairement les riverains ont exprimé leur inquiétude sur la création d'une zone d'habitat de 8 hectares en plein village et ses conséquences en terme de paysage, de densité de population, de mobilité, etc.

Lundi soir en réunion publique, le bourgmestre Luc Piette, dont le Collège a émis un avis favorable sur la demande, a rappelé d'une part que c'était au Gouvernement wallon de décider de cette révision du plan de secteur et pas à la commune, mais surtout qu'il n'y avait aucun projet immobilier sur le tapis:

Je comprends les inquiétudes des gens, c'est normal d'être inquiet quand il y a un changement dans son environnement direct. Mais si, et je dis bien si, la révision est acceptée, le propriétaire aura encore la possibilité ou non d'introduire une demande de permis d'urbanisme pour créer un lotissement, de la voirie, de l'habitat. Ce n'est pas parce qu'il y a 8 hectares de terrain à bâtir que d'un coup le Comte va vouloir les bâtir entièrement. Et ensuite, si la commune reçoit une demande de permis, je veux être clair: on ne construit plus aujourd'hui de lotissements comme dans les années 70, avec des quadrillages, des grandes voiries, etc. Avoir un terrain en zone d'habitat ne veut pas dire qu'on peut y construire n'importe comment.

Retrouvez l'article original sur MAtélé