Anhée 5537

Réveillons solidaires: les bonnes actions dans votre région

Bénévolat lors des réveillons, dons de denrées non périssables, de produits d'hygiène ou encore, un café suspendu laissé au bar du coin, chacun peut contribuer à donner un peu de chaleur aux plus démunis en cette fin d'année.

Alors que les fêtes approchent, on se précipite dans les boutiques pour faire ses derniers achats. Mais pour certains, la Noël laisse un goût amère dans la bouche et ne rime en rien avec "cadeau".

Rendre notre société plus solidaire par de petits gestes, voilà ce que les six initiatives reprises ci-dessous s'emploient à faire en cette période de fêtes. Ces bienfaiteurs venus de Wallonie et de Bruxelles mettent un point d'honneur à offrir au plus nécessiteux un peu de joie et de réconfort, ne serait-ce qu'un instant.

Outre la satisfaction mutuelle de donner d'une part et de recevoir de l'autre, c'est aussi pour les précaires une occasion d'échapper à l'isolement sociétal et éventuellement, de recréer du lien.

Vous connaissez d'autres opérations? N'hésitez pas à nous alerter ! Nous les ajouterons à cette liste!

Remplissez votre "Shoe-Box" pour Noël

On a tous une boîte à chaussures posée sur l’étagère, rangée dans le grenier ou cachée sous le lit dont on ne sait que faire. Ces petits cartons ont vite tendance à nous encombrer. C’est le moment de leurs redonner une seconde vie et surtout, une utilité toute particulière.

L’opération Shoe-Box, lancée par l’association Les Samaritains, vous invite à remplir votre boîte d’une dizaine de denrées alimentaires non périssables, non alcoolisées, faciles à ouvrir et prêtes à consommer. Ces paquets seront offerts en cette fin d’année aux plus démunis. Jusqu’au 22 décembre, vous pourrez donc déposer votre panier gourmand dans l’un des dépôts prévus par l’association à Bruxelles ou en Wallonie. Diverses associations telles que les Restos du Cœur, Poverello, le Samu Social, Chez Nous/Bij Ons… se chargeront d’acheminer les colis à bon port.

L’asbl les Samaritains a lancé l’opération Shoe Box en 1999. En 2016, ce ne sont pas moins de 19275 boîtes qui ont été récoltées.

 

Quelques conseils pratiques de l'asbl Les Samaritains pour bien préparer sa boîte:

"Les boîtes à chaussure doivent rassembler 10 aliments et boissons : non alcoolisés, non périssables, faciles d'ouverture et prêts à être consommés... Le tout signé d'une petite carte de vœu ! Ensuite, il ne vous reste plus qu'à emballer la boîte pour en faire un cadeau de Noël…

Attention, quelques instructions supplémentaires. Les conserves doivent pourvoir s'ouvrir à la main. Les vivres à réchauffer et les produits d'entretien seront refusés. Vous pourrez, par contre, emballer des salades de fruits, des saladières, des saucisses apéritifs, des canettes de soda, des biscuits, des chocolats, des cacahuètes, des chips..."

 

Pour connaître les points de dépôts près de chez vous, c’est par ici : https://www.shoe-box.be/fr/

Pour en savoir plus sur l'opération Shoe-Box, cliquez ici : https://www.shoe-box.be/fr/les-depots

Un repas solidaire à Liège

Bientôt sonnera l’heure de la nouvelle année que de nombreux Belges chérissent: que ce soit la profusion de nourriture étalée sur la nappe argentée, l’alcool qui coule à flots et se déverse dans nos flûtes ou encore, plus simplement, pour immortaliser un moment entre amis ou en famille. Une tradition chère pour beaucoup et qui pour certains, ne se manquerait pour rien au monde. Pour d’autres, le Nouvel An, dans sa forme standard, a un petit goût de déjà-vu. La fête, oui ! Mais pourquoi pas, sous les paillettes et flonflons, la parer du costume solidaire ?

C’est en tout cas ce qu’une bande d’amis liégeois a décidé d’entreprendre pour ce passage fatidique à 2018. Passer le réveillon entre amis, oui, mais pas seulement ! Dans la nuit du 31 décembre, entre 20h et 1h du matin, une dizaine de jeunes, pourtant sorteurs invétérés, ont décidé cette année de miser la fête sur la possibilité de donner un peu de réconfort aux écartés ou oubliés du système : préparer et distribuer des raviers de spaghettis chauds, dans le centre de la ville de Liège. " Je suis un peu las des " nouvel an " vides de sens, j’aime la fête, bien sûr, mais pas que. Avec d’autres amis, on avait envie de rejoindre l’initiative déjà menée par l’un de nous l’an dernier ", précise Alice, une des membres de l'initiative.

Hors de toutes structures, cette initiative citoyenne a choisi de prendre ses quartiers en plein centre névralgique de la cité ardentetoxicomanie et prostitution se côtoient. Si de nombreuses associations prévoient des repas chauds à cette occasion, le public que celles-ci rassemblent est finalement assez ciblé : " Les marginaux n’ont pas tous accès aux associations de type Thermos et autres, c’est parfois volontaire de leur part de ne pas s’y rendre, mais parfois, non. ", explique Alice.

"On fait des heureux et finalement, c'est nous que ça rend heureux", conclut-elle.

Un calendrier de l'avent inversé à Mouscron

On connaît le fameux calendrier de l'Avent, bien souvent en chocolat, que l'on déguste jour après jour pendant 24 jours et ce, jusqu'à ce que Noël sonne. Ici, Brigitte Aubert, la bourgmestre de Mouscron propose à ses habitants un calendrier quelque peu différent: récolter des vivres au profit des plus démunis du 1er au 26 décembre. La bourgmestre, entourée des membres du Conseil communal, insiste sur le fait de donner plutôt que de recevoir.

1115 euros par mois, voici le montant à partir duquel une personne n’est plus considérée comme pauvre en Belgique. Chez nous, 1 personne sur 7 ne perçoit pas cette somme. De faibles revenus mettent incontestablement en péril la dignité humaine. Et cette dignité passe notamment par la possibilité de subvenir à ses besoins essentiels : avoir un toit, se nourrir, se laver, payer son électricité, ses soins de santé et autres frais obligatoires.

Cette année, on estime que plus de 450 000 ménages ont eu recours à l’aide alimentaire, que ce soit via la distribution de colis de vivres, les restaurants sociaux ou encore les épiceries sociales. Sur le même principe d'action, Brigitte Aubert propose donc à ses citoyens d'offrir aux plus nantis des produits non périssables et facilement consommables: denrées alimentaires de premières nécessité, produits d'hygiène (brosse-à-dent, dentifrice, shampoing...), sans oublier, les petits plaisirs de fête (douceurs salées ou sucrées sont les bienvenues, tant qu'il n'est pas question de garder les produits au frais ou de devoir les consommer rapidement). Le résultat de cette collecte sera partagé, via la Banque alimentaire, entre les différentes associations locales.

Concrètement, le calendrier de l’Avent est installé depuis ce 1er décembre dans le hall du Centre Administratif, rue de Courtrai, 63 , 7700 Mouscron.
Les Mouscronnois et habitants des alentours sont invités à déposer leurs produits jusqu’au 26 décembre à midi.

Opération Thermos à Bruxelles

On ne devrait plus la présenter, l'Opération Thermos est aujourd’hui bien ancrée dans le paysage associatif belge. Mais pour ceux qui auraient déserté un temps notre plat pays et reviennent après de longues années d'absence ou pour les petits nouveaux installés sur notre territoire, voici en bref l'histoire et l'action de cette opération qui existe depuis déjà 30 ans.

C'est à l'initiative d'animateurs scouts que tout a démarré. Frappés par le nombre de sans-abris qui peuplent les gares et leurs abords en ce mois de décembre 1987, ils décident de faire quelque chose pour leur rendre un peu de chaleur: préparer chaque soir d'hiver des thermos de café et des sandwichs. Très vite, ils se retrouvent débordés, l'offre ne peut combler la demande. Ils vont alors faire appel aux médias afin de trouver des bénévoles prêts à s'investir pour leur cause.

Aujourd'hui, c'est pas moins de 30 équipes de bénévoles qui sont constituées et se relaient pour servir du 1er novembre au 30 avril des litres de café et repas qui, force est de constater, sont délivrés à un nombre grandissant de personnes en situation de précarité.

Vous voulez vous investir?

L'Opération Thermos vous propose de le faire de diverses manières. Tout d'abord par des dons, l'asbl n'étant pas subsidiée, elle ne peut compter que sur votre générosité financière, que vous ayez une entreprise ou en tant que particulier. C'est ici pour les infos.

Si vous souhaitez avoir une action plus concrète, vous pouvez également rejoindre le réseau de bénévoles en cliquant ici.

Enfin, vous pouvez récolter du matériel et des vivres pour l'association, en consultant la liste des dons demandés.

 

Les équipes des repas de Noël "Noël pour tous" sont déjà constituées. L'Opération Thermos ne cherche plus de bénévoles pour le 24 et 25 décembre.

 

 

Nivelles : une boulangerie privatisée pour la nouvelle année

~~Des fêtes pour tous:
A Nivelles, la boulangerie " Au Carré " invite l'asbl "L'Ouvre boîte",
le temps d'une après-midi conviviale et festive
En cette période de fin d'année, les initiatives se multiplient pour permettre aux plus démunis de profiter des fêtes. C'est le cas à Nivelles, où la boulangerie-pâtisserie "Au Carré" a décidé de profiter de sa semaine de fermeture, après le réveillon de l'an, pour s'associer à l'ASBL "Ouvre-boîtes" et inviter les personnes et familles en difficulté.
Le 3 janvier prochain, le Carré privatisera toute une après-midi son espace de petite restauration pour accueillir les familles soutenues par l'asbl Ouvre-boîtes. Au total, une quarantaine d'adultes et autant d'enfants auront ainsi l'occasion de venir déguster les cougnous de circonstance et de se retrouver autour d'un café ou d'un chocolat chaud.
L'occasion, pour la boulangerie, de mieux faire connaissance avec une association qu'elle soutient depuis son ouverture il y a un an: l'ouvre Boîte passe en effet tous les jours au Carré afin de récupérer les invendus, et d'en faire profiter ceux qui en ont besoin.
Créée en 1998 à Nivelles, L'Ouvre Boîte est une maison d'insertion sociale et d'accompagnement pour personnes et familles en difficulté. Elle propose divers services tels qu'une épicerie sociale, un service d'accompagnement administratif, une école de devoirs et un espace parents-enfants.
Aujourd'hui, plus de 170 familles, à 90 pourcents nivelloises, sont épaulées par l'ouvre-boite.
" Au Carré " est une boulangerie-pâtisserie avec salon de dégustation qui a ouvert ses portes à Nivelles en février 2017.
Contacts :
L'Ouvre-Boîte :
Eric Georgery – 0474/45.46.85
htpp//ouvreboites.simplesite.com

Au Carré :
Violaine Tennstedt – 0477/482.472
www.aucarre.be

 

Du café à la frite suspendue

Peut-être avez-vous déjà entendu parlé du café suspendu ? Ce café que l’on paie, mais qu’on n’emporte pas, afin d’en faire bénéficier une personne qui n’aurait pas les moyens de se l’offrir. Les frites suspendues ? Vous l’aurez compris, on surfe sur la même vague. Si le café suspendu se développe de plus en plus chez nous, la frite, quand à elle, peine à rivaliser avec le petit corsé. Mais peu à peu, les fritkots belges se mettent au diapason et suivent les premiers initiateurs du concept.

C'est dans les Ardennes que l’idée germe. Berthe Fauconnier, bénévole à l’abri de nuit d'Arlon, lance l’idée de laisser quelques euros sur le comptoir de la friterie afin d’offrir un paquet de frites aux plus nantis. Une initiative qui ne tient pas seulement du don, mais qui met également en avant la possibilité de créer du lien social et sortir de l'isolement en poussant les portes d'un lieu de passage.

Le concept s'est aujourd'hui élargi à certaines boulangeries, des coiffeurs ont également rejoint la danse.

 

Claire Va.

Les cafés suspendus font des émules en province de Luxembourg. A Arlon, cette initiative citoyenne se développe de manière typiquement belge avec : la frite suspendue. Le principe est simple, consommer une portion sur place et en payer une autre pour une personne démunie.