Anhée 5537

Identification des chats, cartes SIM prioritaires... tout ce qui change le 1er novembre

Le 1er novembre sera marquée par toute une toute une série de nouveautés. Découvrez-les en détails en cliquant sur l'un des titres ci-dessous. Les chats domestiques doivent être identifiés et enregistrés Brussels Airport augmente son "supplément...

Le 1er novembre sera marquée par toute une toute une série de nouveautés. Découvrez-les en détails en cliquant sur l'un des titres ci-dessous.

 

Les chats domestiques doivent être identifiés et enregistrés

Les chats qui naîtront à partir du 1er novembre 2017 devront être identifiés et enregistrés avant l'âge de 12 semaines. Une base de données commune aux trois Régions du pays (CAT ID) a été mise en place pour recueillir les données des chats identifiés et de leurs responsables.

Pour les chats venant de l'étranger mais déjà identifiés, ils devront être enregistrés dans les huit jours suivant leur arrivée, sauf s'ils accompagnent leur maître pour un séjour de moins de six mois.

Concrètement, l'identification se réalise via l'implantation d'une micro-puce stérile. Après l'identification, le vétérinaire doit encoder, dans les huit jours les informations relatives au chat et au responsable dans la base de données. Le coût de cette identification et de cet enregistrement s'élève en moyenne à 50 euros (2,90 euros pour la base de données + prix de la visite chez le vétérinaire).

Concernant la stérilisation, les chats qui naîtront à partir du 1er novembre devront être stérilisés avant l'âge de 6 mois. Une période transitoire a par contre été prévue pour les compagnons à quatre pattes nés au 31 octobre 2017. Ceux-ci devront être stérilisés au plus tard le 1er janvier 2019. Les chats introduits en Wallonie après le 1er novembre, devront quant à eux être stérilisés dans les 30 jours de leur introduction, pour autant qu'ils soient âgés de plus de cinq mois.

Brussels Airport augmente son "supplément sécurité"

Les compagnies aériennes qui opèrent depuis Brussels Airport devront s'acquitter d'un "supplément sécurité" plus élevé à partir de ce 1er novembre, lorsque le tarif actuel de 6,22 euros par voyageur passera à 6,87 euros.

Depuis les attentats du 22 mars 2016, notamment, Brussels Airport a dû recourir à des mesures de sûreté et de sécurité supplémentaires imposées par le gouvernement. Leurs coûts ont été répercutés dans la nouvelle grille des tarifs et redevances qui sera d'application pour les compagnies aériennes opérant depuis l'aéroport de Zaventem.

Des cartes SIM prioritaires sur le réseau de téléphonie

À partir du 1er novembre, les services de secours recevront des cartes SIM leur permettant d'avoir la priorité absolue sur le réseau de téléphonie mobile. Quelque 6 000 personnes jouant un rôle important de maillon de la chaîne de la sécurité seront dès lors aptes à communiquer, même en cas de saturation du réseau.

Ce nouveau réseau de communication à haut débit, appelé "Blue Light Mobile", a été mis en place à la suite des ratés qu'a connu le système lors des attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles. Il est lancé par l'opérateur télécoms spécialisé des services de secours et de sécurité en Belgique, Astrid.

Concrètement, si la couverture d'un réseau donné est absente à un certain endroit; la tablette, le smartphone ou le portable de l'utilisateur bascule automatiquement sur le réseau offrant de la couverture à cet endroit. Les communications de données sont rapides, sécurisées et prioritaires.

Ces cartes SIM spéciales seront notamment distribuées aux acteurs des services de police, des services médicaux d'urgence, aux pompiers, aux aéroports, à la Défense, aux Villes, aux communes et aux provinces.

Meilleur remboursement pour ceux qui pratiquent l'autosondage urinaire

À partir du 1er novembre, les patients qui pratiquent l'autosondage urinaire à domicile bénéficieront d'un remboursement pour davantage de sondes. Trois types de sondes sont remboursables: les sondes sèches, les sondes avec lubrifiant intégré et les sondes avec lubrifiant intégré et autres fonctionnalités avancées.

Quelque 2 900 personnes en Belgique ont recours à cette technique qui permet d'assurer une vidange régulière de la vessie grâce à l'introduction d'une sonde par l'urètre.

"Les sondes utilisées dans le cadre de l'autosondage sont très chères. Les malades sont de ce fait confrontés à des surcoûts importants lorsqu'ils doivent acheter des sondes supplémentaires, alors que cette pratique améliore considérablement leur qualité de vie. Nous avons donc développé une nouvelle réglementation avec l'Inami afin de mieux répondre aux besoins des patients", a expliqué la ministre de la Santé et des Affaires sociales, Maggie De Block (Open Vld), dans un communiqué.

Cette nouvelle réglementation prévoit notamment l'augmentation du nombre maximum de sondes remboursées quotidiennement à cinq ou à huit selon le type d'affections. Des informations détaillées sur les nouvelles conditions de remboursement sont disponibles sur le site internet de l'Inami

RTBF avec Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF