Anhée 5537

Gouvernance: le PS prône la transparence quasi totale en Wallonie

C’est la ritournelle du moment: à chaque jour sa proposition en matière de bonne gouvernance. C’est pratiquement devenu la course au parti qui proposera le plus grand tour de vis.

Dernier exemple en date: le PS, qui vient de déposer des propositions de décrets au parlement wallon. Ils visent la transparence pratiquement intégrale pour les mandataires et administrateurs publics, pour traquer les conflits d’intérêts potentiels entre un emploi privé et l'exercice d'un mandat public.

Des exemples ailleurs

Sur base de modèles anglo-saxons ou scandinaves, et surtout des règles déjà en vigueur au parlement européen, les socialistes souhaitent que désormais tous les mandataires communaux et provinciaux, tous les députés, et tous les dirigeants ou administrateurs d'intercommunales, de sociétés de logements, d'organismes publics ou de sociétés à capitaux publics soient obligés de déclarer leurs mandats et rémunérations publics, mais aussi l'ensemble de leurs fonctions et salaires privés, avec obligation de le faire pour les 3 ans qui précèdent leur entrée en fonction. 

"La volonté, c’est d’aller plus loin que ce que propose la coalition régionale MR-cdH en matière de gouvernance, explique le chef de groupe PS au parlement wallon, Pierre-Yves Dermagne. Le but est de mettre au jour les intérêts professionnels et financiers qu’un mandataire pourrait avoir dans sa sphère privée. On sent que certains élus sont parfois animés par des intérêts privés, corporatistes, plutôt que par l’intérêt général. C’est rare, mais ça existe. Les règles que nous préconisons permettraient en outre une sorte de contrôle social par la population".

Jusqu'où doit aller la transparence des élus et des mandataires publics ? Jusqu'où leur vie privée et leur patrimoine doivent-ils être étalés ? Le débat devrait animer le parlement wallon dans les prochaines semaines.

Rudy Hermans

Retrouvez l'article original sur RTBF