Anhée 5537

Florent Bessemans, le façonneur de champions

A 78 ans, le maître d'armes anhétois enseigne l'escrime avec passion. Les "p'tis" champions passés dans les mains de Florent Bessemans sont nombreux. Dans la vallée mosane, ce sport reste une institution.

Tous les mercredis, tous les vendredis, c'est la même rengaine au Cercle d'escrime d'Anhée: répéter les mêmes gestes, avec précision. Pour chapeauter le tout: le maître d'armes Florent Bessemans, 78 ans.

"J'ai toujours eu un bon contact avec les jeunes et les moins jeunes", explique Florent Bessemans, qui a terminé 17ème des Jeux Olympiques de Mexico en 1968.

"Il est bien, il apprend bien", assure le petit Baptiste.

"Au début, il était sévère", se souvient Apoline, qui pratique l'escrime depuis neuf ans déjà. "C'était un peu tendu à l'époque, mais maintenant, ça va très bien."

Florent Bessemans a de l'expérience à revendre et conserve la même passion de transmettre son savoir. Le cercle d'escrime anhétois compte 35 membres, de tous âges. Mais pourquoi vient-on à l'escrime?

"Je crois que Zorro y est pour beaucoup", poursuit Maître Bessemans. "De plus, au moment des Jeux Olympiques, on voit pas mal d'escrime à la télé."

L'escrime véhicule aussi certaines valeurs comme le respect, la maîtrise des émotions. Les conseils et les entraînements portent leurs fruits. Oscar Geudevert, Mahaut Reinbold et Clara Vandenbossche sont tous passés dans les mains de Florent Bessemans. Ils ont tous les trois quatorze ans et sont tous les trois devenus Champions de Belgique dans leur catégorie il y a quelques jours.

"On leur apporte certaines choses, mais ce sont eux qui sont sur la plance, ce sont eux qui gagnent, pas le maître. Si je compte faire ça encore longtemps? Il y a quelqu'un là-haut qui me rapellera peut-être plus tôt, mais ce n'est certainement pas à l'ordre du jour."

A 78 ans, le maître d'armes anhétois enseigne l'escrime avec passion. Les "p'tis" champions passés dans les mains de Florent Bessemans sont nombreux. Dans la vallée mosane, ce sport reste une institution.

Retrouvez l'article original sur MAtélé