Yvoir 5530

Un vallon enchanteur où murmure un ruisseau

La réserve naturelle du Ry d’Hôwisse porte le nom du cours d’eau qui la traverse d’est en ouest. Ce petit ruisseau s’écoule paisiblement entre les bois et les prairies avant de s’engouffrer dans la terre à grands fracas pour rejoindre la Lesse souterraine au Domaine des Grottes de Han.

Située à la frontière des provinces de Namur et de Luxembourg, la réserve s’établit sur les communes de Rochefort et Tellin. Elle est caractérisée par les bois et les haies vives qui structurent l’espace alors que les grandes prairies ouvrent le paysage bocager. C’est au centre d’une trentaine d’hectares, dans le fond du vallon, que serpente le Ry d’Hôwisse. Aux abords du ruisseau, ce sont les aulnes et les saules qui abondent dans les prairies marécageuses. Plus loin, sur les versants secs, les pelouses schisteuses et les prairies bocagères accueillent de nombreux oiseaux. Le Bruant jaune, le Tarin des aulnes ou le Chardonneret élégant y trouvent refuge et nourriture. Des volées de grives ou d’étourneaux s’abattent régulièrement à la cime des grands arbres. Et avec un peu de chance, vous pourrez aussi observer le plumage blanc immaculé d’une grande aigrette, un Martin pêcheur recherchant une proie ou un Grand corbeau dont le cri fend le silence des bois.

Le paysage bocager de la Famenne

Les prairies de Famenne, entrecoupées de haies et de bosquets, sont des havres de paix pour la biodiversité locale. De nombreuses espèces rares et sensibles y sont liées, comme certains oiseaux et chauves-souris. C’est aussi dans ce paysage semi-ouvert que la plupart des premiers insectes à se réveiller réalisent leurs premiers repas. Les bourdons et les abeilles sont déjà afférés sur les chatons des saules, sur les jonquilles et sur les fleurs des nombreux cornouillers. Sortis de leur léthargie hivernale, des papillons voltigent le long des lisières forestières à la recherche d’un partenaire. Résilient face au réchauffement climatique, le bocage doit être reconstitué par des plantations dans le cadre d’une agriculture respectueuse, durable et en adéquation avec les enjeux actuels de notre société.

Un nouveau verger pour l’avenir

Lieu débordant de vie tout au long de l'année, le verger est une prairie aménagée par l'homme, que la nature a su se réapproprier. Dans la mosaïque paysagère, il joue un rôle important, servant de refuge et de source nourricière à un grand nombre d'espèces sauvages. Les merles et les grives apprécient les fruits tombés au sol, oubliés par les cueilleurs. Nombre d'entre nous ont connu et grandi dans les vergers qui font partie de nos souvenirs d'enfance. Leur présence dans ce paysage témoigne d'une volonté d'offrir aux générations présentes et futures, une des facettes de vie de la culture paysanne.

Une voie végétale le long du cours d’eau

La ripisylve est un alignement d’arbres situé le long d’un cours d’eau. Véritable voie végétale structurant le paysage, elle est souvent composée d’aulnes glutineux, de saules et de frênes. Cet habitat naturel est à préserver car il joue un rôle majeur dans la conservation de la nature, tant pour les espèces sauvages que pour le sol et l’eau. Les racines maintiennent les berges et offrent des cachettes, tandis que les troncs et les branches jouent leurs rôles de coupe-vent et de zones de chasse ou de nourrissage pour certains animaux.

L’importance des mares au printemps

De la fin de l’hiver au début du printemps, les eaux stagnantes constituent le milieu de vie recherché d’une multitude d’animaux. C’est la période des amours pour les grenouilles, les crapauds et les tritons. Les larves de libellules, dont une grande partie de la vie est aquatique, apprécient aussi ce milieu. D’autres prennent plaisir à faire des ronds dans l’eau… dytiques et gyrins vont et viennent à la surface d’une eau qui se réchauffe un peu plus chaque jour. Les mares sont également un lieu privilégié d’abreuvement des oiseaux et des mammifères. Il n’est pas rare de débusquer une biche ou un chevreuil venu se désaltérer. Depuis quelques années, on peut aussi y observer des familles de ratons laveurs qui se délectent des amphibiens qui seront avalés tout rond !

Patrick LIGHEZZOLO

 

Retrouvez la carte et les informations détaillées de cette balade sur le site de l’association de protection de la nature Natagora.

Pour en savoir plus sur la réserve: https://www.natagora.be/reserves/ry-dhowisse