Yvoir 5530

Manhay : 5000 poules sont à sauver de l'abattoir

L’ASBL S.E.A. lance un nouvel appel à l’aide sur les réseaux sociaux. 5000 poules à Manhay sont destinées à l’abattoir pour le 10 mars prochain… et la date fatidique approche à grands pas.

Après Braine-le-Château il y a quelques jours, l’ASBL « Suppression des Expériences sur l’Animal » lance un nouvel appel au sauvetage pour 5000 poules bios à Manhay, dans la région de Harre plus précisément.

Le fermier les propose au prix de 3 euros et souhaite les sauver avant que l’abattoir ne vienne les chercher le 10 mars prochain.

Pour plus d’infos, contactez Benoît Gaillard au 0470 68 53 84.

Pas un, mais deux élevages à sauver !

L’ASBL annonce dans la foulée qu’un autre élevage de 1000 poules est à sauver à la ferme de Sanzinnes, dans la commune de Houyet.

Ce sera pour le 2 mars prochain et plus d’infos sont disponibles auprès de Jacques Dawagne au 0474 40 16 66 ou au 082 66 74 46.

A la rescousse des animaux depuis 10 ans

Depuis une décennie, l’ASBL S.E.A. fait le tour des élevages industriels flamands et wallons et évite à de nombreuses poules pondeuses réformées le destin peu glorieux qu’on leur réserve avant leur deuxième anniversaire.

C’est alors une tout autre vie qui leur est offerte : les jeunes poules entassées découvrent soudainement la vie en plein air dans un pré ou un jardin grâce à la mobilisation citoyenne.

« Les poules n’ont jamais que 18 mois. Et 18 mois, ce n’est rien du tout ! » s’exclame Bruno. « On les envoie très tôt à l’abattoir pour une question de rentabilité. Mais sur les 100 poules que j’ai, je reçois encore 80 œufs par jour. »

En effet, après trois ans, la poule diminue son rythme de ponte, ce qui constitue un frein à la production intensive des élevages en batterie et fait perdre plus d’une plume aux fermiers.

Antoine Libotte avec Claire Vandamme