Yvoir 5530

Les patients avec pathologies chroniques peuvent désormais se faire vacciner à Godinne

Le centre de Godinne a vacciné ses tout premiers patients ce mercredi. Cette ouverture au public a pour objectif de combler les plages horaire laissées vides par le personnel de première ligne.

La vaccination s'est ouverte ce mercredi aux patients de moins de 55 ans et qui présentent des pathologies chroniques. Chaque médecin généraliste du cercle de médecine a pu proposer à trois de ses patients de se faire vacciner. Cette décision vient en réaction au nombre de places laissées vides par le personnel de première ligne (médecins généralistes, kinés, dentistes, infirmiers...). Il existe deux raisons à cela: le refus de certains d'être vacciné et le fait que d'autres ont déjà été vacciné ailleurs (via les maisons de repos notamment). Pour ne pas perdre des doses de vaccin et accélérer le tempo de la vaccination, ces patients sont donc devenus prioritaires. Tristan D'Andréa, médecin généraliste, explique : 

Ce n'est pas un choix facile à faire. Ce qui me rassure, c'est que je vais pouvoir en choisir 3 par jour, donc je sais que tout le monde y passera.

Les premiers patients ont reçu le vaccin AstraZeneca, un vaccin réservé encore jusqu'hier aux personnes de moins de 55 ans. Ce matin, il a été décidé qu'il pourrait finalement être utilisé chez les patients plus âgés. Pour Patricia Eeckeleers, la responsable du centre, il est urgent de repenser la stratégie globale de la vaccination :

Il faut que l'AViQ et le gouvernement fédéral revoient la stratégie de vaccination. Pour le moment, c'est très compliqué. Nos secrétariats sont débordés. 

Ce mercredi, près de 300 personnes ont reçu le vaccin. Malgré l'ajout des patients qui présentent des comorbidités, les plages horaires étaient encore loin d'être remplies. Une centaine de personnes supplémentaires auraient pu être vaccinées sur la journée.

 

Le centre de Godinne a vacciné ses tout premiers patients ce mercredi. Cette ouverture au public a pour objectif de combler les plages horaire laissées vides par le personnel de première ligne.

Retrouvez l'article original sur MAtélé