Yvoir 5530

L'amende pour les "centristes" passe à 116 euros le 1er avril

C'est un comportement qui vous énerve sans doute, un que vous adoptez peut-être parfois.

.. Rouler sur la bande du milieu. Cela arrive régulièrement que des automobilistes occupent cette bande alors qu'il n'y a personne sur la bande de droite. Ce comportement va être puni plus sévèrement. L'amende, qui s'élève à 58 euros aujourd'hui, sera doublée. Elle sera de 116 euros à partir du 1er avril.

La raison? Cette infraction passe du premier au second degré, soit une mise en danger indirect. C'est déjà le cas pour le dépassement par la droite.

L'institut Vias est aujourd'hui très satisfait de cette décision. Pour cet Institut pour la sécurité routière, ces deux comportements, le dépassement par la droite et le fait de rester sur la bande du milieu, sont liés. C'est parce que des automobilistes restent sur la bande du milieu que d'autres les dépassent par la droite.

La police ne va pas sanctionner tous ceux qui restent sur la bande du milieu pour dépasser quelques camions le matin

"Il faut que le code de la route soit cohérent", déclare Benoit Godart, le porte-parole de Vias. "Si vous punissez plus sévèrement quelqu'un qui dépasse par la droite que quelqu'un qui provoque cette infraction en restant sur la bande du milieu, cela ne va pas. Il fallait donc que l'amende soit la même. Par contre, la police ne va pas sanctionner tous ceux qui restent sur la bande du milieu pour dépasser quelques camions le matin dans les embouteillages."

Plus de 2000 amendes ont été dressée, l'année dernière, pour punir ce comportement de monopole de la bande du milieu. Souvent, les automobilistes qui le font estiment que la première bande est réservée aux camions ou se sentent plus en sécurité au milieu. Mais selon un sondage réalisé par Vias, squatter la bande du milieu est le comportement jugé le plus irritant sur les routes.

Ces amendes plus élevées sont une avancée mais cela ne résoudra pas tout. "Cela ne va pas régler le problème. Il faut que le risque de se faire contrôler existe. On espère une prise de conscience de la part des automobilistes mais il faudrait intensifier les contrôles sur les routes", conclut Benoît Godart.

Alisson Delpierre

Retrouvez l'article original sur RTBF