Onhaye 5520

Recyclage: un appareil électrique usé sur deux est envoyé chez le mauvais sous-traitant

Que deviennent les appareils usagés collectés et recyclés en dehors des réseaux Recupel? C'est la question que s'est posée Recupel, la principale organisation en charge de la collecte et du recyclage d'appareils électriques et électroniques dans notre...

Que deviennent les appareils usagés collectés et recyclés en dehors des réseaux Recupel? C'est la question que s'est posée Recupel, la principale organisation en charge de la collecte et du recyclage d'appareils électriques et électroniques dans notre pays.

En avril dernier, 90 appareils usagés ont été équipés d'un traceur GPS. Ces appareils ont ensuite été déposés auprès de divers collecteurs, ferrailleurs, centres de réutilisation et opérateurs. On retrouve sur la liste tant des collecteurs et opérateurs collaborant avec Recupel que d'autres. Le traceur GPS a permis de suivre précisément le trajet et la destination finale des appareils après leur passage dans les différents canaux.

L'itinéraire de 67 appareils usagés sur les 90 a ainsi pu être tracé depuis le départ jusqu'à l'arrivée. Et il semble qu'un appareil usagé sur deux ne soit pas arrivé au bon endroit.

- 6 appareils sont arrivés auprès de collecteurs qui n'avaient pas la bonne habilitation, voire pas d'autorisation du tout pour effectuer ce travail;

- 10 appareils ont été traités par des collecteurs autorisés à stocker et trier des appareils électriques et électroniques mais pas habilités au traitement;

- 11 frigos ont été traités par des opérateurs autorisés mais sans avoir la licence pour le traitement des frigos-surgélateurs;

- 1 appareil a été exporté illégalement aux Pays-Bas;

- 1 centre de réutilisation n'a pas respecté l'accord avec Recupel et a livré un appareil usagé à un ferrailleur;

- 4 appareils sont arrivés auprès de ferrailleurs dont l'adresse était inconnue et qui n'étaient pas reconnus par les autorités ou par Recupel.

L'économie circulaire, durable, semble donc dans ce cas-ci encore loin d'être effective. Les matières premières précieuses sont en effet non seulement perdues pour le recyclage mais en plus, des substances nocives se retrouvent dans l'environnement. Catherine Verfays, porte-parole de Recupel: "Il faut avoir l'assurance qu'il y a un bon recyclage. D'abord, on peut retirer des matériaux pour les réutiliser dans la production de nouveaux appareils. Mais il y a bien sûr aussi la partie dépollution, où on va enlever les composants nocifs comme par exemple les CFC, les huiles pour compresseurs. Et ça c'est bien sûr très important pour l'environnement".

François Nemeth

Retrouvez l'article original sur RTBF