Dinant 5500

Le pèlerinage de Foy Notre-Dame en famille et en distanciation

L'organisation officielle de l'édition 2020 n'a pas pu se tenir à cause du coronavirus. Mais certains pèlerins ont tout de même tenu à suivre la tradition et à marcher en petit comité familial.

Depuis près de 400 ans, l'événement attire Rochefortois et Houyétois chaque année. Le pèlerinage de Foy Notre-Dame n'a pas pu se tenir en tant qu'organisation, puisque les rassemblements sont toujours interdits par le confinement. Certains ont prié chez eux, d'autres étaient présents en pensée. D'autres encore ont tout de même voulu vivre ces heures sur nos routes et sentiers, en cellules familiales distancées. Pour la famille Quinet-Calande, tout a commencé à deux heures du matin à Buissonville. Le départ est toujours un moment spécial, explique Marie-Eve Quinet:

Quand le réveil sonne, c'est toujours un peu difficile. On boit une bonne petite tasse de café, parce que sans cela, c'est difficile de démarrer. Et puis on démarre tranquillement. C'est toujours gai de le faire en armes, parce qu'il y a tout le côté folklorique, mais nous on a l'habitude déjà de partir de Buissonville, pas avec tous les autres pèlerins. Mais c'est vrai que cette année-ci, on est plus centrés sur la famille, puisque cela diminue aussi les risques.

Que l'on soit adepte du culte ou non, religieux ou simple amateur de folklore, le pèlerinage est aussi une manière de découvrir autrement la campagne près de chez soi:

La lune nous accompagne, on la voit baisser dans le ciel, et puis c'est le soleil qui se lève. Les oiseaux commencent tout doucement à se réveiller. On avance au rythme de la nature qui s'éveille, et ça c'est toujours super agréable.

Albert Calande accompagne sa famille depuis la voiture de sécurité. C'est un natif de Foy, devenu Rochefortois.

Mon père était bourgmestre à Foy Notre-Dame pendant la Guerre 40-45 et mon grand-père pendant la Guerre 14-18. Le lundi de Pentecôte, quand on étaient gamins, c'était la fête, parce que tous ceux de Rochefort venaient ici. Et puis à 11h, c'étaient ceux de Houyet qui arrivaient. Et maintenant que nous habitons à Buissonville, on fait le contraire. On part de Rochefort et on vient ici.

Le pèlerinage existe depuis 1626. Les habitants du comté de Rochefort le faisaient notamment pour demander à la Vierge de Foy de lutter contre une autre épidémie à l'époque: la peste.

Cette année, la Confrérie des Soldats de Foy a conseillé d'étaler les venues à l'église sur la journée. Pas de célébration, mais elle elle était ouverte pour accueillir ceux qui le désiraient.

L'organisation officielle de l'édition 2020 n'a pas pu se tenir à cause du coronavirus. Mais certains pèlerins ont tout de même tenu à suivre la tradition et à marcher en petit comité familial.

Retrouvez l'article original sur MAtélé