Dinant 5500

L'opposition à Dinant veut un conseil communal "plan de relance" le 8 juin

Après l'échec du vote des deux plans de relance le 18 mai, l'opposition ne veut pas attendre la prochaine séance le 22 juin. Son objectif: convoquer un conseil le 8 juin et y présenter un plan bis.

Le 18 mai dernier, après des débats houleux, aucun des plans de relance économique n'a finalement été voté lors du conseil communal dinantais. Ni celui de la majorité, ni celui de l'opposition, jugé plus ambitieux mais aussi plus coûteux et risqué pour les finances de la Ville. La prochaine séance doit se tenir fin juin, le 22. Mais pour l'opposition, c'est trop tard, il ne faut plus attendre. Elle convoque (ou "demande que le collège convoque", nuance le bourgmestre) un conseil pour le 8 juin. Christophe Tumerelle, conseiller de l'opposition LDB, développe:

C'est clairement l'urgence, on ne peut pas se permettre d'attendre plus de trois semaines, un mois maintenant, pour tenir le prochain conseil communal. Cela fait maintenant plus de deux mois et demi que la pandémie a démarré et à Dinant, nous n'avons toujours pas de plan de relance économique. C'est probablement une des rares villes de la province de Namur où c'est le cas. C'est inacceptable.

Du côté de la majorité (à l'exception de deux conseillers, on y reviendra), on tempère. Selon le bourgmestre Axel Tixhon, il faut d'abord avoir une vision claire de la santé financière de la Ville:

Ce n'est pas le moment de faire ce conseil puisqu'on a un compte en phase de finalisation, il est d'ailleurs réclamé par l'opposition depuis un certain nombre de semaines. Il pourra être présenté pour le conseil communal du 22 juin, pas plus tôt. Les moyens financiers et l'ensemble des ressources de la Ville ne sont pas énormes. Donc si on les mobilise, il ne faut pas qu'on loupe son coup.

Quelles visions pour la relance?

LDB veut présenter à nouveau le plan déjà soumis au précédent conseil communal, (fortement basé sur une exonération de diverses taxes) mais avec un ajout:

On veut aussi venir avec un second plan, un plan bis, dans lequel on retire la suppression de la taxe déchets ménagers de 40 €. On propose plutôt un chèque citoyen de 10 € par personne dans les familles, à dépenser dans les commerces et les entreprises dinantaises.

Du côté d'Axel Tixhon et de la majorité, il y a d'autres pistes à explorer que la fiscalité:

Ce qui est vraiment intéressant, et on l'a fait les jours derniers, c'est aller à la rencontre des acteurs de terrain qui ont des demandes, des besoins. Et on se rend compte progressivement que ces besoins sont moins fiscaux que sur d'autres aspects, parfois très différents d'ailleurs d'un secteur à l'autre.

Ces débats sur la relance auront-ils lieu le 8 ou le 22 juin? Pas encore de réponse à cette question. La convocation d'un conseil sur demande d'une opposition est légale et peut être opérée dans certains cas de figure. Elle doit être demandée par au moins un tiers des conseillers, ce qui est le cas. La liste LDB explique avoir de plus le soutien de deux conseillers de la majorité dans cette démarche: Marie-Christine Vermer et Alex Miskirtchian.

Mais cette demande fait actuellement l'objet de vérifications administratives qui pourraient aboutir à un refus. L'opposition se dit toutefois prête à lancer des procédures pour y arriver.

Après l'échec du vote des deux plans de relance le 18 mai, l'opposition ne veut pas attendre la prochaine séance le 22 juin. Son objectif: convoquer un conseil le 8 juin et y présenter un plan bis.

Retrouvez l'article original sur MAtélé