Dinant 5500

Dinant lance un appel du pied aux communes voisines pour payer les gardes impayées des pompiers volontaires

La problématique des gardes impayées des pompiers volontaires à Dinant est revenue sur la table du conseil communal.

C’était lundi soir. Un conseiller a suggéré au Collège d’inviter les communes avoisinantes à aider à payer. Pour rappel, la Cour du Travail de Liège avait rendu un jugement fin 2019. Celui-ci donnait raison à la dizaine de plaignants. Les hommes du feu réclament toujours le paiement de gardes non payées effectuées entre 2000 et 2015.

Problème : la justice n’a toujours pas tranché concernant les montants à indemniser. Des négociations viennent de s’ouvrir entre les avocats de la ville et des pompiers. L’addition pourrait être salée. D’où cette tentation de se tourner vers d’autres contributeurs.

Confirmation du bourgmestre de Dinant 

Axel Tixhon confirme qu’un appel du pied est bien lancé aux communes voisines : "lorsqu’ils étaient pompiers à Dinant, ces personnes ne sont pas seulement intervenues sur le territoire de la commune. Ils sont aussi intervenus pour des sinistres qui ont eu lieu dans des communes limitrophes qui ne disposaient pas de caserne de pompiers. Et donc dans la logique, on pourrait considérer qui si la ville de Dinant doit rétribuer les pompiers volontaires alors qu’ils étaient en action dans les années 2000-2015 dans d’autres communes, celles-ci pourraient participer à la facture", explique Axel Tixhon.

"Mais reste également à voir si cela est possible juridiquement", ajoute le bourgmestre. Il travaille actuellement avec les avocats de la ville pour voir s'il est possible de réclamer une aide aux communes "protégées" comme on les appelait avant la mise en place de la zone Dinaphi. C’est-à-dire les communes proches qui n'avaient pas de caserne mais qui bénéficiaient des services des pompiers de Dinant.

Réticences des communes voisines

Les communes limitrophes sont évidemment très prudentes et méfiantes quant à cette volonté, pour ne pas dire totalement contre. "Cela paraît un peu hasardeux comme démarche", s’étonne Christophe Bastin bourgmestre d’Onhaye. "Je rappelle que je n’ai jamais été associé avant 2015 ni dans les prises de décision ni dans les mises en place des budgets. C’est très facile, je trouve, de venir après avec des réclamations. D’autant qu’à l’époque notre commune payait déjà une rétribution pour le service de secours de Dinant via le gouverneur de la province".

Depuis 2015, et la mise en place de la zone Dinaphi, le problème ne se pose plus puisque les gardes se font en caserne. Il y en a douze, dans les vingt-deux communes couvertes, où travaillent 550 pompiers dont 50 professionnels et 500 volontaires.

 

Mathieu Baugniet

Retrouvez l'article original sur RTBF