Dinant 5500

Dinant : augmentation de 20 % des colis alimentaires distribués

À cause du COVID-19, trouver des aliments pour faire des colis était compliqué pour le CPAS de Dinant. La situation revient à la normale, mais le CPAS se veut prudent car la demande est déjà 20 % plus grande.

À Dinant, le nombre de colis alimentaires distribués a augmenté de 20 % depuis le début de la crise sanitaire. Les personnes qui avaient déjà des difficultés avant la crise ont vu leur situation se dégrader, comme l'explique Delphine Claes, la présidente du CPAS de Dinant:

L'augmentation de 20 % semble se stabiliser. Elle s'explique essentiellement par le fait que des personnes qui bénéficiaient déjà de colis n'ont plus eu assez avec un colis par mois. Certainement à cause de la présence quotidienne des enfants à la maison.

Le public qui se tourne vers le CPAS a évolué avec la crise. Des personnes qui, jusque-là, n'avaient pas besoin de l'aide alimentaire ont dû la demander notamment à cause de la mise au chômage temporaire de certains travailleurs. La structure a donc mis en place des chèques-repas :

Avec les chèques-repas, on s'adresse à des personnes qui ont eu une perte substantielle de revenu durant le confinement. Les chèques-repas leur permettent de continuer à faire leurs courses aux mêmes endroits que d'habitude. Ils leur permettent d'acheter des aliments spécifiques s'ils suivent un régime alimentaire particulier.

Se tourner vers les producteurs locaux

En temps normal, les denrées viennent des banques alimentaires, mais beaucoup travaillaient avec des bénévoles âgés qui ont dû rester confinés. Quant aux grandes surfaces, elles n'avaient plus d'invendus à cause de la course dans les magasins. Un nouveau type de fournisseur a donc fait son apparition:

Nous avons trouvé nos produits auprès de producteurs locaux. La crise nous a permis de nouer de nouveaux partenariats, donc on a vraiment de très beaux colis bien remplis.

La crise n'est pas terminée

Le nombre de demandeurs d'aide financière n'a pas augmenté. Par contre, une crise sociale et économique pourrait découler de cette période. La structure s'attend à un retour de flamme:

Ce qui nous fait peur, c'est qu'il y a sans doute des personnes qui ont honte, alors qu'elles ne devraient pas, et qui viendront nous voir lorsqu'elles n'auront plus d'autres choix. Ce seront des situations qui devront être réglées dans l'urgence alors que les structures du CPAS doivent suivre un certain processus qui peut prendre du temps.

Face à cette situation, le CPAS de Dinant incite toute personne de la commune qui a besoin de soutien, à le contacter dès qu'elle en ressent le besoin.

À cause du COVID-19, trouver des aliments pour faire des colis était compliqué pour le CPAS de Dinant. La situation revient à la normale, mais le CPAS se veut prudent car la demande est déjà 20 % plus grande.

Retrouvez l'article original sur MAtélé