Dinant 5500

Chute aux rochers de Freÿr : la thèse de l'accident privilégiée

Le parquet de Namur a privilégié la thèse de l’accident concernant la chute mortelle d’un homme d’une cinquantaine d’années mardi en début de soirée aux rochers de Freÿr, à Dinant.

"La thèse du suicide est écartée. Tous les éléments pointent vers une chute accidentelle mais les derniers devoirs sont en cours. L’homme a fait une chute de 40 à 50 mètres", a précisé le parquet.

Mardi, les pompiers de la zone Dinaphi (Dinant-Philippeville) étaient intervenus sur place avec un SMUR, suivie d’une ambulance du poste de Beauraing. A leur arrivée, ils n’ont pu que constater le décès de la victime.

La victime était un randonneur, né en 1960 et originaire de Verviers. Les conditions de sa chute ne sont pas établies. Aux rochers de Freÿr, un sentier balisé suit la falaise, mais comment expliquer qu’un tel accident soit possible ? Pour Marc Debaecke, l’ancien gardien de Freÿr, il s’agit d’un manque de vigilance : "si les gens ne font pas attention tout près d’une falaise, ils peuvent tomber, il n’y a rien à faire." Que ce soit à Dinant ou ailleurs : "il y a des rochers partout dans la vallée de la Meuse, il y a trente, quarante endroits où il y a des falaises, et plusieurs où le GR passe tout près."

Autre facteur d’accident, la météo : il avait plu sur la falaise. "Quand le rocher devient humide, le calcaire devient très vite glissant, donc c’est bien possible que ça ait joué", explique Marc Debaecke, qui affirme que cela a été sa première hypothèse sur l’accident de mardi.

P.V. et T.D. avec agences

Retrouvez l'article original sur RTBF