Ohey 5350

Wilfried, un nouveau média qui vous parlera de politique belge autrement

Le projet est en préparation depuis un an. Wilfried, c’est le nom du nouveau magazine, indépendant, qui veut parler de la politique belge, autrement.

Wilfried veut s’éloigner de la vision terne et ennuyeuse qu’on peut avoir de la politique belge. "Il y a une certaine méfiance face à la politique aujourd’hui. Elle est très critiquée, elle est sujette à toutes sortes de discussions et pourtant, elle reste plus que jamais au centre de tout", précise Quentin Jardon, rédacteur en chef adjoint de Wilfried. "On a le sentiment que la politique belge mérite une autre attention médiatique que celle apportée actuellement".

L’équipe de journalistes et de photographes réunie autour de ce magazine souhaite raconter le pouvoir à la façon d’un roman, comprendre comment on peut gouverner un pays, une région, une commune et expliquer le tout à travers des articles qui misent sur le récit. "Le style sera décalé, léger, sans tomber dans l’anecdotique. On est convaincu qu’en mettent en scène l’information, le lecteur se laissera porter dans les coulisses de la politique". Ce nouveau média veut parler à tout le monde : "On pense qu’une infirmière de Tournai, un employé de banque de Ciney ou un instituteur de Binche auront du plaisir à nous lire".

Une équipe de journalistes connus

Vous connaissez leur plume, peut-être même leur voix. Ils sont tous indépendants, ils ont travaillé ou travaillent pour La Libre Belgique, Le Soir, Le Vif/L’Express, la RTBF, Le Monde diplomatique. Ils sont auteurs de livres et parfois chanteurs. Ils ont fait le tour du monde, ils ont couvert les grands scandales qui ont fait ou font encore aujourd’hui l’actualité. Ils ont entre 22 et 71 ans. Ils s’appellent François Brabant, Quentin Jardon, David Bartholomé, Colette Braeckman, Guillermo Guiz, David Leloup, Myriam Leroy, Frédéric Loore… Entre les journalistes, les photographes et l’équipe de l’édition, ils sont presque une quarantaine derrière Wielfried.

"Nous avons tous une plume et des sensibilités différentes. Cette diversité permettra au magazine de proposer des styles d’articles variés, allant de l’investigation, au genre plus littéraire et narratif. Mais l'ensemble offrira une certaine cohérence rédactionnelle". Les sources d’inspiration sont nombreuses, mais il faut dire que les séries comme Narcos, House of Cards ou encore Borgen donnent une bonne idée du genre dans lequel veut s’inscrire Wilfried.

Un crowdfunding de 30 000 euros pour concrétiser ce projet

On se trouve encore à la genèse de Wilfried. Pour pouvoir être publié, le magazine a besoin de subsides et c’est au futur lectorat que l’équipe demande de l’aide. 30 000 euros sont nécessaires pour publier le premier numéro, d’une centaine de pages, prévu pour le 15 juin si l’objectif est atteint. Par la suite, Wilfried pourrait être publié trois fois par an, toujours en proposant un traitement journalistique de fond, qui prend son temps.

A peine lancée, la campagne a presque atteint 50% de son objectif, signe que la demande pour un nouveau média alternatif et indépendant est grande. "Il faut arrêter de dire que les gens se désintéressent de la politique, c’est tout le contraire. On l’a vu à travers les élections américaines et maintenant avec les élections en France, le citoyen a besoin de comprendre. La politique belge paraît complexe, mais c’est parce que jusqu’à présent, elle est traitée comme telle. Il faut y mettre un peu de romantisme pour qu’elle devienne attrayante et c’est exactement ce que Wilfried compte faire".

MARINE GUIET