Ohey 5350

Taxe tondeuse de la Région wallonne: un canular qui ne fait pas rire le SPW

Ce matin, le Service public Wallonie prenait connaissance via son numéro gratuit 1718 d’une lettre soi-disant envoyée par le "département de la fiscalité spécifique"... Hors, "Aucune taxe wallonne ne vise ce type d'engins" précise le SPW. Il s’agirait d’une arnaque selon Nicolas Yernaux, le porte-parole du SPW. Mais d’après nos sources et après vérification, il s’avère qu’il s’agit d’une blague entre copains, un poisson d’avril avant l’heure.

Le document ci-dessous, daté du 24 mars dernier, particulièrement fallacieux, envoyé à un citoyen de Gembloux, lui demande de verser 199 euros au nom de la Région wallonne (SPW -Direction générale de la Fiscalité) en invoquant un soi-disant décret wallon du 16 février dernier instaurant une redevance sur les tondeuses automatiques.

Mais ce décret n'a évidemment jamais été voté, ni même discuté : c'est de la pure invention !

Nous vous en parlions plus tôt dans la journée sur VIVRE ICI.

Des indices qui font penser à une blague

Et à bien regarder ce document on se rend compte que divers éléments permettent de percevoir le canular. Tout d’abord, l’url redevancetondeuses@spw.wallonie.be n’existe pas sur l’internet. Il est ensuite stipulé que les coordonnées des détenteurs ont été obtenues grâce aux distributeurs des différentes marques de tondeuses automatiques. C’est évidemment du grand n’importe quoi puisqu’il est toujours possible d’acheter une tondeuse anonymement. D’autre part, nous avons testé le numéro de compte repris sur le virement (flouté sur le document ci-joint) et nous avons constaté qu’il n’existait pas. Enfin, la période imposable commence, comme par hasard, le premier avril….

Usurpation d'identité

Une blague donc, que chacun qualifiera à sa manière. Au Service public Wallonie on a choisi les termes " mauvais goût ". On nous répond qu’on ne joue pas avec l’image d’une telle institution, il s'agit d'usurpation d'identité et ce genre d’acte érode la confiance que les citoyens ont envers la Wallonie. Le porte-parole ajoute qu’il y a une recrudescence d’arnaques en tout genre et que cette blague n’arrange rien. D’ailleurs, les gens qui soupçonneraient être les victimes d’arnaques ne doivent pas hésiter à appeler le 1718.

Bien que n’ayant reçu qu’une seule plainte par rapport à cette lettre à l’heure d’écrire ces lignes, le SPW réfléchit, avec son service juridique, à l’éventualité de porter plainte suite à ce canular de " mauvais goût ".

En tout cas, vu l'émoi qu'à suscité cette lettre, le ou les auteurs qui pensaient bien rire le premier avril, n’ont pas dû rigoler ce 30 mars !