Ohey 5350

Réduire le parc d'ambulances: "Les gens attendront plus longtemps et paieront plus cher"

Les responsables des zones de secours francophones sont inquiets. La ministre fédérale de la Santé Maggie De Block veut réduire de 25 % le parc des ambulances. Son objectif est de faire des économies en concentrant l’offre dans les centres urbains les...

Les responsables des zones de secours francophones sont inquiets. La ministre fédérale de la Santé Maggie De Block veut réduire de 25 % le parc des ambulances. Son objectif est de faire des économies en concentrant l’offre dans les centres urbains les plus peuplés.

Dans les zones rurales, comme le Luxembourg par exemple, cela poserait de gros problèmes pour la population. Dans cette province, les kilomètres on ne les compte plus.

Entre les centres urbains et les villages les plus reculés, les interventions d’ambulances prennent plus de temps qu’ailleurs, comme en témoignait le capitaine Stéphane Thiry de la zone de secours du Luxembourg au micro de la RTBF: "Aujourd’hui, j’avais un poste de secours tous les douze à quatorze kilomètres, ce qui représente un temps d’intervention pour des pompiers professionnels de dix à douze minutes et pour des pompiers volontaires on peut déjà largement arriver au quart d’heure".

Dangereux pour la population

Le projet de Maggie De Block aurait donc de graves conséquences pratiques dans cette zone de secours en particulier: "Imaginez bien que si on réduit le parc de 25% les déplacements seront plus longs, les gens vont attendre plus longtemps et étant donné qu’il y a la rémunération imposée par la santé publique au kilomètre, les gens attendront plus longtemps et paieront plus cher, donc un service à la population inévitablement moins efficace".


La durée est une des clés principales du succès d’une intervention d’urgence. La rallonger pour faire des économies, c’est dangereux pour la population, estime le capitaine Thiry, qui espère que ce projet d’économies restera là où il est encore aujourd’hui, c’est-à-dire dans les cartons de la ministre.

RTBF La Prem1ère

Retrouvez l'article original sur RTBF