Ohey 5350

On vous explique le casse-tête de la case de tête

Elle trône tout en haut de liste à chaque élection.

A force, on devrait bien la connaître et pourtant, la case de tête et surtout son rôle reste parfois obscure. Il faut dire que l’électeur n'est pas aidé puisque l'effet de la case de tête n'est pas le même en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles. Alors, à quelques jours du rendez-vous dans l’isoloir, une petite explication s'impose.

Une voix pour la liste et ensuite un effet pot commun

Quand on vote en case de tête, on donne une voix à la liste.  Jusque là, c'est simple comme bonjour. Là où les choses se compliquent, c'est que ce vote en case de tête  peut avoir un deuxième rôle. Dans un deuxième temps, il intervient dans la répartition des sièges entre les candidats de la liste.  C’est ce que l'on appelle l’effet dévolutif de la case de tête.

La case de tête est alors considérée comme une sorte de pot commun. Les votes exprimés via cette case de tête sont distribués aux candidats dans l’ordre de la liste. On ajoute à leurs voix de préférence ce qui leur manque pour être élu, en commençant par le premier puis le deuxième et ainsi de suite jusqu'à ce que le pot soit vide. 

Des systèmes différents selon les régions

Pour compliquer encore un peu tout cela, fédéralisme aidant, la case de tête ne fonctionne pas de la même façon dans les 3 régions du pays. Elle existe encore partout (si on souhaite voter pour la liste sans choisir de candidat en particulier) mais l'effet dévolutif de la case de tête (le pot commun) a été supprimé en Wallonie. La case de tête permet donc de voter pour la liste et c’est tout. Plus de pot commun, de partage, seules les voix de préférence comptent pour départager les candidats entre eux.

En Flandre et à Bruxelles par contre, l'effet dévolutif de la case de tête (le pot commun) existe toujours mais avec un poids différents.

A Bruxelles, le poids de l'effet dévolutif des votes en case de tête a été diminué de moitié. Donc s’il y a eu 1200 voix en case de tête, on n’en distribue que 600 aux candidats. Attention, petit rappel, cela ne change rien au nombre de votes obtenus pour la liste qui reste 1200.

En Flandre, l'effet dévolutif est encore moins important puisqu'il a été réduit à un tiers. Donc, s’il y 1200 voix en case de tête, on en distribuera que 400 pour départager les candidats.

Le risque d'avoir moins de femmes élues en Wallonie

La suppression de l'effet dévolutif de la case de tête en Wallonie peut avoir des effets. Si seules les voix de préférence comptent pour départager les candidats, c’est un peu le règne du chacun pour soi. Cela favorise les stars de la politique, les personnalités déjà connues et rend peut-être plus difficile l’émergence de nouveaux candidats.  

Il pourrait aussi y avoir moins de femmes élues.  C'est une réalité, les électeurs ont tendance à moins voter pour des femmes. Avec l'alternance sur les listes, celles-ci bénéficient donc de l'effet dévolutif de la case de tête. Cela dit, pour les communales, les électeurs votent volontiers pour des personnes qu'ils connaissent, donc via un vote de préférence. La case de tête a donc un impact moins grand que pour des élections régionales.  

 

A.F.

Retrouvez l'article original sur RTBF