Ohey 5350

Nombre de verres d'alcool autorisés, calculs, droits, risques: tout savoir sur les contrôles d'alcoolémie

"Boire ou conduire, il faut choisir": le slogan est connu et il s'applique d'autant plus dès ce 1er décembre, avec l'arrivée des "fêtes patronales" (Sainte-Barbe, St-Eloi, St-Nicolas...), et surtout le lancement de la campagne BOB, avec son aspect préventif (l'incitation à désigner un bob lors de vos soirées festives) mais aussi répressif (les contrôles d'alcoolémie).

Voici sous forme de questions tout ce qu'il faut savoir sur ces tests. La police fédérale de la route a beau être en grève, et ne pas effectuer de contrôle en Hainaut, le "risque" de se faire contrôler sera en effet important tout le mois, puisque les polices locales organisent elles aussi de nombreux contrôles. Avec raison, puisque comme l'explique le spécialiste des assuétudes Christian De Duve, Christian De Duve, professeur et spécialiste des assuétudes à l'UCL, "un accident sur 7 avec blessé est dû à l'alcool. Un chiffre qui passe à un sur deux les nuits de week-end."

Le meilleur conseil reste donc: ne buvez jamais d'alcool si vous risquez de devoir prendre le volant!

A qui peut-on faire passer un test d'alcoolémie?

  • Toute personne qui, dans un lieu public, s'apprête à conduire un véhicule ou une monture (donc même si on est à l'arrêt ou dans un parking).
  • Toute personne qui, sur la voie publique, conduit un véhicule ou une monture.
  • Toute personne qui accompagne un conducteur en vue de l'apprentissage.
  • Tout auteur présumé d'un accident de roulage ou toute personne qui a pu contribuer à le provoquer. Donc, même la victime ou un piéton.

Comment se passe un test d'alcoolémie?

Lors d'un contrôle d'alcoolémie, qu'il soit "inopiné, ou organisé, on fait d'abord un test de l'haleine, avec un éthylomètre, appareil portable qui détecte les traces d'alcool dans l'air expiré, calculé en mg par litre d'air expiré.

Le conducteur est prié de souffler avec vigueur pendant au moins sept secondes dans l'embout de l'éthylomètre, jusqu'à ce que le témoin lumineux (vert) s'allume. Un sifflement continu indique que le conducteur souffle correctement, et l'appareil affiche un résultat: S, A ou P

Si le résultat de ce test est S (safe), ça signifie que la concentration d'alcool est clairement en dessous du maximum autorisé par la loi (moins de 0,22 mg/litre d'air alvéolaire expiré, équivalant à 0,5 g d'alcool dans le sang). Vous pouvez alors poursuivre votre route.

Si le résultat est A (alarm=entre 0,22 mg/litre d'aire expiré et 0,35 mg, soit 0,5 à 0,8 mg/l d'alcool dans le sang), ou P (Positif=au-dessus de 0,5mg/laae ou 0,8g/l d'alcool dans le sang), vous devez alors vous soumettre à une analyse de l'haleine.

Dans ce cas, vous devez à nouveau souffler, dans un appareil qui donnera cette fois avec précision la quantité d'alcool mesurée par litre d'air expulsé, et vous aurez au minimum un retrait de permis d'au moins 3 heures, et une amende qui augmentera avec le taux mesuré. Voir ci-dessous les montants

Comment calcule-t-on l'alcoolémie? Comment évaluer soi-même son taux d'alcool?

L'alcoolémie est le taux d'alcool détecté dans le sang. Celui-ci est légalement fixé en grammes/litres de sang. Mais cette mesure ne peut être déterminée avec précision que par prise de sang, qui n'est souvent pas effectuée, sauf à la demande du contrevenant ou lorsque l'analyse d'haleine n'est pas possible. Le taux mesuré par l'éthylomètre en mg/litre d'air expulsé doit être multiplié par 2,2 pour obtenir le taux en g d'alcool dans le sang.

Il est possible d'évaluer l'alcoolémie selon le poids de la personne, son sexe, le nombre et le taux d'alcool des boissons consommées (mais pas de le déterminer avec précision sans prise de sang, car de nombreux autres facteurs peuvent influencer le taux (voir ci-dessous)).

La formule la plus précise est celle-ci:

(V * t * 0,8) / (0,7 ou 0,6 * m), où

  • V est le volume de boisson ingérée en cl,
  • t est le degré d’alcool en pourcentage (un verre de vin à 12°=0,12%, une bière à 6°= 0,06%)
  • 0,8 est la densité de l’alcool
  • 0,7 est le coefficient de diffusion pour un homme, 0,6 celui pour une femme (voir ci-dessous)
  • m la masse de la personne en kg

Pour un homme de 75 kilos qui vient de boire deux bières de 25 cl à 5°, on peut donc estimer ce taux à

(2*250*0,05*0,8) / (0,7*75) = 20/ 52,5 = 0,45g/L, soit juste en-dessous de la limite autorisée.

Pour la femme de 60 kilos qui l'accompagnait, on aurait par contre le taux de

(2*250*0,05*0,8) / (0,6*60) = 20/36 = 0,55g/L, soit un taux qui peut justifier un retrait de permis de 3 heures et une amende!

Pour simplifier ce calcul, on retiendra qu'un verre de bière de 25 cl à 5°, ce qui est le cas de la plupart des pils, ou un verre de 12 cl de vin à 11°, équivalent à 10g d'alcool. Il "suffit" alors de faire la divisionselon son sexe et son poids pour évaluer l'alcoolémie qu'apporte un verre selon la personne.

Ex: pour un homme de 90 kilos, on comptera un taux de 10/(0,7*90)=0,15g/l pour chaque verre de ce type consommé, ce qui veut dire que cette personne pourra consommer trois verres de pils avant d'arriver au taux prescrit.

Pour une femme de 50 kilos, on comptera un taux de 10/(0,5*60)=0,33 g/l pour chaque verre de ce type consommé, ce qui veut dire qu'elle atteindra le taux proscrit après un verre et demi déjà !

Mais attention, pour une bière spéciale, plus forte et souvent en conditionnement de 33cl, ce taux grimpe à 0,3g/l pour une bière de 7,5° pour un homme de 90 kilos, et de 0,55g/l pour une femme de 60 kilos, soit déjà au-délà de la limite autorisée!

Si quelqu'un qui a bu doit appliquer la formule (V * t * 0,8) / (0,7 ou 0,6 * m), il n'est pas sorti de l'auberge

Qu'est-ce qui influence le taux d'alcool présent dans le sang?

Quand une personne consomme de l’alcool, celui-ci commence immédiatement à passer dans le sang. Une petite partie passe directement par la muqueuse buccale et par l’œsophage. Un quart environ de l’alcool passe dans le sang après assimilation par l’estomac et le reste par les intestins.

Les facteurs suivants accélèrent le passage de l’alcool dans le sang:

  • Les boissons alcooliques chaudes
  • Les boissons alcooliques contenant du gaz carbonique
  • L’alcool et le sucre
  • L’ingestion rapide
  • L’estomac vide
  • Des facteurs individuels, comme certaines maladies, ou une insuffisance hépathique.

L’alcool est aussi plus soluble dans l’eau que dans la graisse. La concentration d’alcool dans le sang dépendra donc de la quantité d’eau contenue dans le corps. En règle générale, les personnes plus lourdes ont aussi davantage d’eau dans leur corps et donc un taux d’alcool plus faible avec la même quantité d’alcool.

Pourquoi le calcul est-il différent pour l'homme et pour la femme?

Le corps d’une femme comporte en moyenne davantage de tissus adipeux et moins de liquide que celui d’un homme. L’alcool étant plus facilement soluble dans l’eau que dans la graisse, il se diffuse avant tout dans le liquide corporel. A poids égal et à quantité égale d’alcool consommée, la concentration d’alcool dans le sang est donc généralement plus élevée chez les femmes que chez les hommes.

Par ailleurs, les femmes disposent d’une quantité moindre d’enzymes contribuant à l’élimination de l’alcool, qui se trouve ainsi ralentie.

Quels sont vos droits en cas d'un test d'alcoolémie? Pouvez-vous le refuser?

Lorsque vous êtes contrôlé, vous n'avez pas le droit de refuser une analyse de l'haleine.

Si vous le faites tout de même, le résultat est considéré comme 'positif', le montant de l’amende à payer augmente, et vous risquez un retrait de permis immédiat pour minimum 15 jours (en plus de l’interdiction de conduire pendant 6h minimum).

Si votre dossier est envoyé au tribunal de police, le montant de l’amende augmente encore, et le juge peut en plus vous retirer votre permis pendant une durée supplémentaire.

Si vous n'avez pas le droit de refuser, vous avez cependant d'autres droits:

Un quart d'heure d'attente, mais une seule fois

Avant tout, vous pouvez demander de pouvoir attendre un quart d'heure avant de subir le test de l'haleine. Cela peut s'avérer utile lorsque vous venez tout juste de consommer une boisson alcoolisée (voir ci-dessous).

Même chose pour une analyse d'haleine, si elle vous est directement imposée.

Par contre, depuis cette année, vous ne pouvez invoquer ce délai qu'une seule fois: si vous aviez déjà demandé un temps d'attente pour le test de l'haleine, vous n'avez plus le droit de le demander pour l'analyse de l'haleine.

Une nouvelle analyse de l'haleine

Si vous n'êtes pas d'accord avec les résultats de la première analyse de l'haleine, vous avez le droit d'en demander une nouvelle.

Une troisième analyse

Si les résultats des deux analyses divergent trop, vous pouvez même demander une troisième analyse.

Un prélèvement sanguin

Si les analyses de l'haleine prouvent une concentration d'alcool supérieure à 0.8 pour mille dans le sang, vous avez le droit de demander un prélèvement sanguin. Mais la facture vous sera envoyée si celui-ci confirme les analyses précédentes...

Est-ce que ça sert à quelque chose d'attendre un quart d'heure?

Cela dépend d'une part du test, et d'autre part si vous êtes en phase ascendante ou descendante: le taux d’alcool dans le sang est maximum après 30 minutes si vous êtes à jeun et 60 minutes si vous ne l'êtes pas, et il redescend ensuite (Au-delà de 40 g d'alcool consommé, soit quatre verres, le pic est atteint après 2 heures). Mais le test d'haleine peut aussi être influencé par une très récente consommation.

Donc, oui, cela peut avoir une influence: si vous venez d'ingurgiter deux verres à jeun, une demi-heure avant, vous avez alors tout intérêt à demander ce délai, par exemple...

Combien de temps faut-il attendre avant de pouvoir reconduire?

Là encore, la vitesse d'élimination de l’alcool dans l’organisme est fonction du sexe et du poids :

  • Femme : entre 0,085 g/l et 0,10 g/l par heure
  • Homme : entre 0,10 g/l et 0,15 g/l par heure

Il ne vous reste donc qu'à reprendre la petite formule de départet y soustraire ce coefficient multiplié par le nombre d'heures.

Après 4 verres d’alcool et un taux maximum estimé à 0,7g/L dans le sang, il faut en moyenne 2 heures après avoir atteint le taux maximum, pour un homme en bonne santé de 75 kg pour revenir sous les 0,5g/L.

Ce qui fait en pratique 2h+30min = 2 h30 au moins à compter de l’absorption du dernier verre si vous avez consommez à jeun et 2h +1h= 3h lors d’un repas.

En cas de grosse cuite (plus de 10 verres), il est donc possible que toute une nuit de sommeil ne suffise pas à éliminer l'alcool dans votre corps et que vous soyez jugé inapte à la conduite.

Y a-t-il des "trucs" pour éliminer l'alcool plus vite?

Non.

Café, eau, bonbons: ça ne marche pas. La seule chose qu'on peut vous conseiller est de boire de l'eau PENDANT la soirée, pour vous limiter à un verre d'alcool toutes les deux heures, au grand maximum.

Qu'est-ce que je risque si je suis ivre?

Les sanctions appliquées par les autorités dépendent de la quantité d’alcool dans le sang. Le tableau ci-dessous reprend les mesures en mg/litre d'air alvéolaire exprimé, soit ce qui est mesuré par l'analyse d'haleine:

 

Entre 0.22 et 0.34 mg/laae (entre 0,5 et 0,8g/l) 170 euros + interdiction de conduire 3 heures
Entre 0.34 et 0.43 mg/laae (entre 0,8 et 1g/l) 400 euros + interdiction de conduire 6 heures
Entre 0.44 et 0.49 mg/laae (entre 1g et 1,1 g/l) 550 euros+ interdiction de conduire 6 heures
Entre 0.50 et 0.64 mg/laae (entre 1,1 et 1,5g/l) 1.200 euros + interdiction de conduire 6 heures
A partir de 0.65 mg/laae (1,5g/l) 1.200 euros + retrait immédiat du permis de conduire pour 15 jours+ comparution devant le tribunal de police

Dès le seuil de 0,22 mg/l lors du test d'haleine, le conducteur peut également subir une déchéance du droit de conduire si son état représente un danger pour la sécurité routière, et l’affaire peut être renvoyée devant le Tribunal. Celui-ci peut infliger une amende allant jusqu'à 2 750 € et une déchéance du droit de conduire pendant 1 mois à 5 ans, voire définitive en cas de récidive.

Quel est le taux d'alcool dans le sang autorisé dans les autres pays?

L'alcoolémie autorisée au volant diffère beaucoup selon les pays en Europe:

  • La Commission européenne a recommandé l'adoption par tous les pays d'un taux normal autorisé ne dépassant pas 0,5 g/L. 18 Etats membres ont appliqué ce taux: c'est le cas de la Belgique et de tous ses voisins.
  • La République tchèque, la Hongrie, la Slovaquie et la Roumanie ne tolèrent aucune présence d'alcool dans le sang au volant.
  • En Estonie, en Suède et en Pologne, le taux ne doit pas excéder 0,2 g/L.
  • Certains pays ont instauré un taux d'alcoolémie inférieur pour les jeunes conducteurs (qui ont généralement moins de cinq ans d'expérience de conduite). Parmi eux, l'Espagne, qui limite ce taux à 0,3 g/L pour les nouveaux conducteurs, la Grèce, l'Irlande, la Lettonie, le Luxembourg, les Pays-Bas (0,2 g/L) et l'Autriche (0,1 g/L). La France fait également partie de ces pays (0,2 g/L).
  • En Croatie, en Allemagne, en Italie et en Slovénie, si l'alcool dans le sang des conducteurs normaux est toléré jusqu'à 0,5 g/L, il est formellement interdit pour les jeunes conducteurs.