Ohey 5350

" Meet the Masters " : comment transformer la peinture en dessin (vaguement) animé

Voir les personnages des tableaux se mettre à bouger et entendre les grands peintres commenter leur travail et leur vie à la bonne franquette vous tente ? Cette exposition devrait vous plaire…

Au bas du Mont des Arts, Le Palais de la Dynastie, construit pour abriter les cérémonies officielles de l’Expo 58, était dans un état de semi-abandon depuis quelques décennies. Jusqu’à ce que Toerisme Vlaanderen ne le récupère pour y organiser des expositions sur de grands peintres. De grands peintres flamands, évidemment ! Mais pas question d’y voir une quelconque toile. Non, ici, on est dans l’ "expérience virtuelle" , la "cartographie vidéo" et les "projections à 360°"

Au début de l’année, le lieu avait déjà accueilli l’exposition sur Breughel. Après avoir reçu 60.000 visiteurs malgré la période COVID, les organisateurs ont décidé de remettre le couvert. En ajoutant à Breughel Jan Van Eyck et Pierre-Paul Rubens.

Les projections permettent de zoomer sur les détails, de découvrir ce qui, quand on regarde la toile dans un musée, est presque invisible.

Muni de l’audioguide de rigueur, vous êtes invité ou invitée à découvrir l’univers de ces Maîtres grâce à des projections de leurs toiles sur des écrans géants. C’est là que réside le principal intérêt du concept. Comme l’explique Laurence Morel, responsable communication de l’exposition : "Les projections permettent de zoomer sur les détails, de découvrir ce qui, quand on regarde la toile dans un musée, est presque invisible."

 Le but n’est pas de remplacer la visite aux musées. Bien au contraire, l’exposition vise à susciter l’envie de voir les originaux. Ce qui tombe plutôt bien : à un jet de pierre de là, les Musées Royaux des Beaux-Arts proposent un nombre impressionnant de toiles de Breughel, ainsi que quelques Rubens de toute beauté.

Dans l’audioguide, vous entendrez un dialogue avec les artistes. L’occasion d’en apprendre plus sur leur époque et leur technique, pour peu que l’on passe sur le côté artificiel de vouloir faire parler des maîtres morts depuis quelques siècles.

Plus difficile est le parti pris, dans la dernière salle d’exposition, de vouloir animer des tableaux qui, depuis leur création, n’en avaient ressenti nul besoin. Ici, les anges battent des ailes, la neige tombe, les personnages marchent d’une façon un peu mécanique et la Vierge dodeline de la tête. Le tout fait un peu penser à un dessin animé issu d’un cerveau un peu fatigué. Mais, si vous avez gardé votre âme d’enfant, il se peut que vous tombiez sous le charme.

(La visite de Meet the Masters dure 50 minutes. Le ticket d’entrée pour un adulte est à 10 euros en semaine et 11 le week-end.)

Marc Oschinsky

Retrouvez l'article original sur RTBF