Ohey 5350

Le Printemps Sans Pesticides est de retour jusqu'au 20 juin 2018 !

Alors qu'en novembre dernier, la Commission européenne renouvelait pour cinq ans l'autorisation de mise sur le marché européen du glyphosate, le Printemps Sans Pesticides revient pour donner un coup de projecteur aux alternatives existantes.

Partout en Wallonie, des événements auront lieu du 20 mars au 20 juin prochains pour sensibiliser aux risques qu'engendre l'utilisation des pesticides sur notre santé et notre environnement. C'est connu, les insecticides, raticides, fongicides, et herbicides ont des propriétés toxicologiques hautement polluantes. Depuis plus de 10 ans maintenant, le Printemps Sans Pesticides tente de montrer qu'il existe de nombreuses alternatives aux pesticides... et des alternatives viables tant pour les agriculteurs et producteurs que pour les particuliers !

Au total, c'est plus de 300 actions sur le terrain qui sont organisées : des conférences sur les liens entre la santé et l'environnement (au jardin et dans la maison), des démonstrations de méthodes de désherbage alternatives, des ateliers de fabrication de pesticides naturels, des visites de jardins et de potagers naturels, des projections de films documentaires, etc.

L'objectif de ces nombreuses activités est de réunir les acteurs et les participants. Les acteurs sont à la fois tous ceux qui professionnellement sont confrontés aux pesticides : jardiniers, fermiers, associations, centres horticoles, parcs, communes mais également les particuliers qui ont déjà fait le pas d'utiliser des alternatives aux pesticides. Les participants sont quant à eux tous ceux qui ont besoin d'informations et d'exemples pour croire que les alternatives sont possibles et à la portée de tous. 

Pour découvrir les activités proches de chez vous, parcourez la carte interactive sur le site de Printemps Sans Pesticides... Cette campagne de trois mois est coordonnée par l’association Adalia, en collaboration avec Natagora et soutenue par le Ministre de l’environnement wallon.

 

Jérémie Sanem