Ohey 5350

Le muguet se cultive aussi en Wallonie, et notamment à Ohey

Le 1er mai, c'est le jour du muguet. Une tradition bien répandue dans notre pays alors qu'on y cultive relativement peu cette fleur particulière. L'immense majorité des muguets vendus en Belgique vient de la région de Nantes, en France.  En Wallonie,...

Le 1er mai, c'est le jour du muguet. Une tradition bien répandue dans notre pays alors qu'on y cultive relativement peu cette fleur particulière. L'immense majorité des muguets vendus en Belgique vient de la région de Nantes, en France.

 En Wallonie, la production du muguet est encore plus rare. Aux Jardins de Vertumne, à Ohey, près d'Andenne, Pierre Lhoas cultive annuellement 2000 brins de muguet. A divers endroits dans ses jardins, des espaces protégés où pousse le muguet. Tantôt en pleine terre, tantôt en pots. En Belgique, la production est surtout flamande. Une question de culture, selon Pierre Lhoas, d'autant que le muguet belge est de qualité face au nantais.

"La Wallonie a un caractère rural mais de vocation agricole ; la Flandre a un passé et une culture horticole ", précise l’horticulteur. Quant à la différence avec le muguet nantais : "Un muguet de qualité se distingue par le nombre de fleurons. Son fleuron doit être nombreux, charnu, odorant. Tous les fleuristes vous diront que le muguet belge est de meilleure qualité".

Le muguet belge ne représente que 10 pc des ventes sur le marché national. Pourtant, Pierre Lhoas y croit. Sa culture s'étend chaque année et il n'hésite pas à se diversifier : "Actuellement, la parcelle répond à une demande locale et donc on tente de produire à peu près 2 000 brins et 500 – 600 ports, avec un développement de muguets à couleur rosés. On aura même l’année prochaine du muguet panaché, donc on essaie de répondre à une demande sans cesse croissante, et donc les parcelles tendent à s’agrandir chaque année".

La culture du muguet n’est donc pas très répandue en Belgique alors que son climat convient à cette fleur : "Il y a tout un art pour arriver à ce que la fleur soit prête la veille du 1er mai. C’est tout l’art de l’horticulteur de chouchouter le muguet pour qu’il soit dans les bonnes conditions pour que ce fleuron soit bien épanoui et odorant. En soi, c’est une plante qui est tout à fait rustique et adaptée à notre climat", détaille Pierre Lhoas.

Le muguet qui se trouve aussi parfois à l'état sauvage, mais attention alors de ne pas le confondre avec l'ail des ours, dont les feuilles sont quasi identiques. Le muguet, qui est aussi à manipuler avec précaution car très toxique.

Olivier Thunus

Retrouvez l'article original sur RTBF