Ohey 5350

Le Château de la Roseraie à Péruwelz

C'est un incontournable : le château de la Roseraie à Péruwelz, en Hainaut, entre Dour et Tournai. Le château date de 1909. Le parc classé depuis 1990 a été conçu dans l’esprit du 1907-1908.

La bâtisse est un hôtel privé construit au début du siècle dernier par une famille d’industriels. En utilisant des avancées et des recoins agrémentés de balcons, des colonnes et bow-windows (fenêtres en baie), un architecte bruxellois parvient à exhausser les souhaits bien arrêtés des riches propriétaires qui voulaient un imposant château-villa unique dans la région.

L’ambiance est dominée par un subtil mélange d’art Déco et d’égyptisant où se mélangent les matériaux nobles et les couleurs. Les différents niveaux des toitures élancent la construction.

Les riches propriétaires de l’époque ont conçu leur demeure avec les fastes de visuels dignes de leur rang en termes d’architecture et de décoration. Avec des dorures, des peintures, des mosaïques, des pièces d’inspiration égyptienne, l’esprit 1900 se marie parfaitement avec l’art.

Dans les années 50, le domaine est racheté par la Fédération Wallonie Bruxelles et réaffecté en centre de dépaysement de plein air et de séminaires pour enseignants et professeurs. Le domaine est privé mais lorsque la grille est ouverte, les promeneurs sont invités à profiter du parc dans lequel, les souvenirs des voyages d’explorateurs s’entremêlent encore de nos jours avec tulipiers, séquoias et autres variétés coloniales.

Le parc de la Roseraie n’est pas le seul de ce type dans la région ; l’homme a aménagé une bonne vingtaine de zone humide en parcs.

Les crêtes à Cayaux de Blaton (Bernissart)

Près de Péruwelz, la pierre sèche nous parle de l’histoire de Bernissart où les murs de pierre empilée tel un puzzle en 3 dimensions font la fierté des habitants du coin.

Les pierres agencées ne bougeront quasiment plus malgré l’absence totale de mortier ou autre liant. Les spécialistes diront " qu’il suffit de trouver la bonne place pour poser les pierres ".

Les murs érigés en pierre sèche, le grès de Blaton, ont été édifiés selon une technique particulière désormais patrimoine de l’Unesco. Ces éléments particuliers du patrimoine ont été mis en évidence lors de l'opération de Développement Rural que la Commune de Bernissart a entrepris en 1999 avec la Fondation Rurale de Wallonie.

A Blaton, on les appelle les " crêtes à Cayaux ". Un circuit découverte du village et de ces murs pittoresques porte le même nom.

Les pierres sont posées à une place adéquate afin d’assurer la stabilité et la solidité de la construction. Cette technique spécifique est présente un peu partout en Europe ce qui a sans doute sensibilisé le responsable de l’Unesco à l’inscrire au patrimoine mondial.

Depuis 20 ans, des passionnées du coin s’intéressent aux techniques apprises au fil du temps.

Des bénévoles du village s’impliquent dans un Groupe de Travail dont l'objectif était de remettre en valeur ces constructions.

Divers chantiers de restauration ont été organisés avec les Compagnons Bâtisseurs, pour arriver finalement à la remise en état de bon nombre d'entre eux.

Carine Bresse pour Vivacité