Ohey 5350

La Fédération Wallonie-Bruxelles en fête rappelle ses missions essentielles

C’est la fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles aujourd’hui et c'est naturellement l’occasion pour les responsables politiques, de préciser leurs actions dans les mois à venir.

Pas d’extrême droite

Rudy Demotte qui, désormais, préside le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s’est d’abord félicité que les valeurs démocratiques de son assemblée ne soient pas corrompues par la présence d’élus d’extrême droite. "Ni en Wallonie, ni à Bruxelles, les appels à la haine et au repli n’ont porté", dit-il.

Culture et enseignement

Il évoque ensuite le programme de la législature fixé sur les deux priorités naturelles de la Fédération: démocratiser la culture et investir, même dans un contexte budgétaire tendu, dans l’enseignement. "La législature passée a permis d’établir un cadre de pilotage […] Maintenant, il s’agit de parfaire et de mettre en œuvre cette réforme."

Pacte d’excellence

C’est le même chemin qu’emprunte le Ministre-Président Pierre-Yves Jeholet. "La Fédération Wallonie-Bruxelles mettra en œuvre le Pacte pour un enseignement d’excellence." Et il précise néanmoins: "Elle le fera en considérant ce Pacte comme un outil vivant, sujet à évaluation et à évolution."

Dialoguer… sans agent de liaison

Pierre-Yves Jeholet présente aussi la Fédération Wallonie-Bruxelles comme "un de ces espaces où le dialogue est la clé de toute action". Selon son credo, "Notre Fédération matérialise l’union des francophones de ce pays." Il appelle à un dialogue avec tous les niveaux de pouvoir mais il n’enterre pas moins définitivement le poste d’agent de liaison francophone promis un temps à Olivier Maingain: "Vouloir confier cette mission essentielle à d’autres affaiblirait notre institution et ajouterait de la complexité", conclut-il en plaidant pour que la Fédération Wallonie-Bruxelles porte sa vision et ses projets dans l’espace européen et au-delà.

Carl Defoy

Retrouvez l'article original sur RTBF