Ohey 5350

Fusion des TEC et service minimum en cas de grève approuvés par le gouvernement wallon

Le gouvernement wallon a approuvé jeudi, au cœur d'une grève des services publics wallons, l'avant-projet de décret réformant la gouvernance au sein de la Société régionale wallonne de Transport (SRWT). Ils ont aussi instauré une procédure pour...

Le gouvernement wallon a approuvé jeudi, au cœur d'une grève des services publics wallons, l'avant-projet de décret réformant la gouvernance au sein de la Société régionale wallonne de Transport (SRWT). Ils ont aussi instauré une procédure pour assurer un service continu en cas de grève. 

Avec ce texte du ministre wallon des Transports, Carlo Di Antonio (cdH), le gouvernement wallon réaffirme sa volonté de mise en place d'une structure juridique unique et de réforme de la gouvernance au sein de l'actuelle société SRWT-TEC.

Actuellement, la SRWT supervise cinq sociétés d'exploitation (TEC Brabant wallon, TEC Charleroi, TEC Hainaut, TEC Liège-Verviers et TEC Namur-Luxembourg). A l'avenir, le conseil d'administration sera réduit à 15 administrateurs et un comité de direction unique sera installé.

L'avant-projet de décret instaure également des modalités d'organisation, par bassin de mobilité, des lignes prioritaires sur base de l'effectif disponible en cas de situation de "discontinuité de service" (grèves préavisées).

"Ce matin, de nombreux chauffeurs ont été empêchés de travailler. Les grévistes mettent à mal autant les utilisateurs que l'image d'un service de transport en commun que l'on veut fiable et performant. Je ne remets nullement en cause le droit de grève, je souhaite simplement que celui de travailler soit respecté", affirme le ministre cdH dans un communiqué.

RTBF avec Agences

Retrouvez l'article original sur RTBF