Ohey 5350

Amis gamers, Nvidia vous invite à participer à la recherche sur le coronavirus

Si les chercheurs sont en train de tenter de développer un vaccin contre le coronavirus, Nvidia invite les joueurs à participer à la recherche en mettant à contribution leur ordinateur.

Aujourd'hui, la règle la plus importante pour lutter contre le coronavirus est de rester chez soi le plus possible, sauf pour un cas d'urgence comme faire des courses ou aller à la pharmacie. Pour les gamers, rester à la maison, ce n'est pas trop difficile. Mais les personnes qui possèdent un ordinateur assez puissant peuvent eux aussi lutter contre le coronavirus en mettant à profit la puissance de son ordinateur au service de la recherche.

 

Folfing@home, un super ordinateur virtuel

Avec le projet "Folding@home", des biologistes informatiques relient des milliers de machines entre elles pour créer un super ordinateur virtuel. Il s’agit de mettre la puissance de calcul des ordinateurs au service d’une bonne cause.

Car, le programme de calcul distribué nécessite beaucoup de puissance pour traiter les données médicales. Et quoi de mieux qu'un bon pc équipé d'une carte graphique Nvidia. Du coup, le groupe américain invite les joueurs possédant un gros GPU a donner un coup de main. Les GPU étant particulièrement bien armés pour ce type de calcul.

Et si d'ordinaire on peut aider pour soigner d'autres maladies, Nvidia a ajouté en début d’année la recherche sur le coronavirus.

On a besoin de bonnes âmes qui prêtent un peu de la puissance de leurs PC

Pour faire partie de cette aventure, rien de plus facile. Il faut d'abord télécharger le logiciel disponible pour PC, Mac et Linux. Ensuite, il vous suffit de mettre en route le programme. Et si l'envie vous dit de faire une petite pause jeu, il est toujours possible d’arrêter le calcul pour retrouver la main sur la puissance graphique de son ordinateur.

Un des objectifs, c'est de comprendre comment le coronavirus parvient à se nicher dans les cellules hôtes. Avec cette compréhension, les chercheurs seront en mesure de mettre au point un mécanisme de défense.

Plus de 400.000 personnes ont déjà téléchargé l’application de partage de données et de ressources informatiques ces dernières semaines, d’après Greg Bowman, professeur de biochimie et de biophysique moléculaire à la Washington University de Saint-Louis, où le projet est centralisé.

"Beaucoup d’entre nous ont souffert ou vu des proches souffrir. Le fait que n’importe qui depuis chez soi, avec son ordinateur, puisse jouer un rôle pour aider à la lutte la maladie, pour le bien commun, c’est vraiment motivant", commente Pedro Valadas à l'AFP.

Le projet "Folding@Home" a permis de porter les capacités informatiques de ce super ordinateur virtuel à 400 pétaflops – un pétaflop correspond à un million de milliards de calculs par seconde, ce qui le rend 3 fois plus puissant que les meilleurs super ordinateurs dans le monde.

Concevoir un médicament via l’informatique, ce n'est pas une première

Si l'idée peut vous sembler nouvelle, le projet est pourtant né à l’université de Stanford il y a 20 ans. A l'époque, il s'agissait de mettre en commun des capacités de calcul informatique pour mener des simulations à grande échelle sur des maladies. Une méthode qui a déjà porté ses fruits, car elle a déjà permis de trouver une cible dans le virus Ebola notamment.

Nvidia ne s'arrête pas en si bon chemin

En plus de demander de l'aide à tous les amateurs, NVIDIA offre également aux chercheurs un accès libre à Parabricks, pour une durée de 90 jours, Ce programme, dédié à l’analyse génomique, va aider à accélérer les travaux de recherche sur la compréhension du nouveau coronavirus et la lutte contre le Covid-19.

Tous les chercheurs ayant accès aux GPU NVIDIA peuvent remplir le formulaire pour faire la demande d’une licence Parabricks gratuite.

Le logiciel Parabricks est capable de réduire les temps nécessaires à l’appel des variants sur les séquences de génome entier humaines, le faisant passer de quelques jours à moins d’une heure en n’utilisant qu’un seul serveur. Et au vu de la propagation de la pandémie, il est important d'obtenir des résultats plus rapides sur le virus.

 

Pierre Lambert