Ohey 5350

19 youtubeurs, dont un belge, s'engagent pour l'environnement dans une vidéo devenue virale

"Il est encore temps." Voici le slogan scandé par 19 vidéastes dans une vidéo massivement partagée sur les réseaux sociaux.

Parmi eux, un belge : Félicien Boagaerts de la chaîne Le Biais Vert. Cette séquence qui cumule 3 millions de vues sur Facebook, 24 heures seulement après sa publication, vise à conscientiser les jeunes à l'urgence de la situation climatique. Ces quelques jeunes profitent de leur notoriété 2.0 pour river les projecteurs sur les actions à mener suite au rapport alarmant du GIEC.

Quelques phrases marquantes, un slogan qui fait mouche et des têtes familières, il n'en a pas fallut beaucoup plus pour que la vidéo réalisée par ces quelques vidéastes se diffuse sur la toile. "Dans cette vidéo, on ne va pas vous répéter que le réchauffement climatique c'est la merde, qu'il y a des ours polaires qui crèvent sur la banquise qui fond", prévient d'entrée de jeu le youtubeur Pablo Servigne. Ce genre de constat fait partie de la longue liste dressée par les expert du GIEC dans leur dernier rapport publié lundi, qui préconise de ne pas dépasser un degré et demi de plus par rapport à 1900.

Une touche belge

Parmi la ribambelle de jeunes qui apparaissent au fil des 4 minutes 40, nous retrouvons Félicien Bogaerts. Outre son émission sur Classic 21, ce vidéaste belge de 21 ans a créé il y a un an et demi le média alternatif intitulé Le Biais Vert. Il y décrypte, avec ses deux colocataires, les grands enjeux de notre société, toujours sur un ton décalé. "On s'est rapidement rapprochés d'autres vidéastes engagés, notamment en France", raconte-t-il. C'est de cette façon que le jeune homme se retrouve aujourd'hui impliqué dans la campagne #IlEstEncoreTemps.

À coups de publications sur une page Facebook dédiée mais aussi sur un site, cette initiative tend à montrer au grand public de l'urgence de la situation climatique mais aussi les solutions qui existent pour remédier stopper l'avancée de ce problème. Si la campagne est principalement tournée vers la France, Félicien prévient : "Les solution sont aussi exploitables en Belgique bien sûr". Selon lui, l'important est avant tout d'informer le grand public sur ce qu'il est en train de se passer.

"Ce n'est pas parce que la banquise ne fond pas en plein centre de Bruxelles qu'il ne faut pas réagir", s'indigne le jeune homme. "Les médias parlent beaucoup des questions environnementales mais cela reste assez marginal par rapport à l'urgence dans laquelle nous vivons."

Principalement en France mais tout reste à faire en Belgique

En marge de la communication engagée par ces quelques vidéastes, ils lancent aussi un mouvement : plusieurs grandes manifestations sont organisées partout en France samedi prochain (le 13 octobre). En Belgique, l'initiative ne va pas aussi loin mais des mouvements similaires existent.

À Namur, par exemple, un événement intitulé "Je cours pour le climat" verra des centaines de participants déambuler dans les rues de la capitale wallonne et où tous les fonds seront reversés à une ASBL qui milite pour sensibiliser aux enjeux climatiques. Du côté de Bruxelles, c'est la "Rise for Climate" qui se tiendra le 3 novembre prochain.

Néanmoins, ces manifestations n'ont pas de lien direct avec la campagne #IlEstEncoreTemps, prévient l'animateur radio. "Si des ONG belges voient notre vidéo et sont tentées d'organiser ce genre de manifestation en Belgique, je les soutiendrais à fond, lance Félicien, mais seul, c'est trop compliqué à organiser." Mais pour se bouger pour le climat, pas la peine d'aller forcément jusque là, le site web de la campagne propose même de prendre des mesures directement derrière son ordinateur, en signant des pétitions par exemple.

Maxime Fettweis

Retrouvez l'article original sur RTBF