Gesves 5340

Coronavirus : suite à la fermeture de l'horeca les blanchisseries professionnelles tirent aussi la sonnette d'alarme

Les blanchisseries professionnelles ne sont guère optimistes après la décision de fermeture pour un mois du secteur horeca.

Les blanchisseries professionnelles ne sont guère optimistes après la décision de fermeture pour un mois du secteur horeca. "S’il n’y a plus de clients dans les restaurants, il n’y a plus de nappes ni de serviettes sales", avance la Fédération belge de l’Entretien du Textile qui appelle à ne pas oublier à nouveau les blanchisseries de l’horeca.

Selon la fédération, qui déplore le fait de ne pas avoir été concertée dans les discussions liées aux secteurs en difficultés devant bénéficier d’aides publiques, les laveries risquent de passer entre les mailles du filet à subsides.

"Et pourtant, ces acteurs du textile sont durement touchés et souvent plus durement que bon nombre de restaurants qui ont dû fermer leurs portes. Les blanchisseries qui ne travaillent que pour les restaurants ou les lieux d’événements vont enregistrer un chiffre d’affaires nul pendant un mois au moins. Une fois de plus. Elles ne peuvent pas se rabattre sur un service de plats à emporter."

Les laveries qui nettoient le textile des restaurants et des hôtels sont confrontées de manière permanente ces derniers mois à une baisse de leurs rentrées car les touristes et voyageurs d’affaires sont encore rares dans les hôtels.

La plupart des acteurs de la blanchisserie ont pu survivre ces sept et huit derniers mois en reportant ou en annulant des investissements prévus et en faisant de petites économies. Mais, sans aide, ils ne survivront pas à une deuxième période avec un chiffre d’affaires au plus bas, avertit la Fédération qui dit représenter des milliers d’emplois, souvent des profils peu qualifiés.

Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF