Assesse 5330

"EnFER.", une exposition photographique à découvrir cet automne au Bois du Cazier

Le Bois du Cazier proposera une exposition avec les photos de Jo Struyven. Au programme : des panoramas des sites industriels et des quartiers d'habitations, en particulier depuis les terrils de la région de Charleroi et de Liège.

Le Bois du Cazier accueillera l'exposition "enFER." du 2 octobre jusqu'au 6 décembre prochain. Celle-ci présentera le travail du photographe Jo Struyven à travers des portraits de la sidérurgie wallonne. L'exposition permettra de découvrir des panoramas de sites industriels et de quartiers d'habitations construits pour loger la main-d'oeuvre, mais aussi de paysages urbains plus larges.

Jo Struyven, photographe autodidacte spécialisé dans les grandes photos panoramiques de paysages principalement côtiers, étend avec enFER. son domaine d'activité aux sites industriels. Les portraits de l'exposition ont été réalisés de face, de manière presque mécanique, sans perspective et montrant un plan architectural à l'effet esthétisant. "L'artiste veut rendre hommage à l'essence même de ces sites et provoquer la discussion sur la préservation de l'un des derniers hauts fourneaux wallons, le HF4 à Marcinelle", détaillent les organisateurs dans un communiqué.

Pour capturer les photographies, Jo Struyven a pris de la hauteur et grimpé sur presque tous les terrils ceinturant Charleroi et Liège, afin de montrer la réalité brute et pure des quartiers ouvriers typiques du sillon industriel wallon. enFER. veut également illustrer le gigantisme de cette industrie qui employait encore jusqu'à 130.000 personnes en 1960. L'artiste a ainsi voulu montrer l'impact de cette industrie sur le paysage et la banlieue des grandes villes que sont Charleroi et Liège, dont les horizons continuent à évoluer.

"enFER. souligne également l'intense imbrication de la fonction de travail et de vie. Une réalité sans concession, en contraste et opposition directe avec l'évolution urbanistique actuelle vers des zones à faibles émissions de CO", conclut le site du Bois du Cazier.

Belga et RTBF Culture